Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

debymenteur


Deby vend au monde entier que le Tchad est un Etat démocratique et la bonne gouvernance est de règle. Mais une fois au palais, entouré des siens, il ne nomme par décret que ses parents à des postes stratégiques et juteux. Dites moi,  par quelle magie, les Zag inconnus jusqu’à 1990, l’année de prise de pouvoir par Deby, sont- ils parvenus aujourd’hui à occuper plus de 80% des postes de DG au Tchad, plus de 50% les postes de DAF, plus de 60% les postes de gouverneurs et comandants de brigade, à détenir la quasi-totalité des stations d’essence  et des super marché au Tchad, à être les seuls importateurs des matériels roulants au Tchad ?

 

Là n’est pas le sujet auquel je voudrais  vous inviter à réfléchir. Je voudrais scruter l’interview que vient de donner IDI  à l’occasion de la fête de l’indépendance et vous montrer combien de fois l’homme ment.

 

D’abord, il dit qu’il est au début de son mandat et il lui reste 4 ans et donc il ne peut rien dire de son bilan. Monsieur Deby, vous aviez fait 21 ans au pouvoir et si vous estimez que vous ne pouvez rien dire sur votre mandat, c’est que le bilan est nul. Si en 21 ans , vous n’avez rien fait de concret, ce ne sont pas les 4 ans qui restent qui transformeront votre bilan.

Il dit :« les tchadiens eux-mêmes verront le résultat de mon bilan et diront ce qu’ils pensent ». eh bien, Mr le Président, je suis tchadien et je pense que votre bilan est catastrophique. Vous avez fait du népotisme, de la corruption et de la promotion de l’incompétence votre système de gestion de la chose publique. L’administration publique est par terre. Personne ne fait rien et personne ne rend compte à personne. Les quelques infrastructures que vous avez construites sont de mauvaises qualité et n’ont servi qu’à enrichir ceux des vôtres qui les ont réalisées.

A propos des accords du 13 Aout 2007, il dit qu’il en est pleinement satisfait. Que pouvait-il dire d’autres de ces accords qui lui ont permis de museler l’opposition, d’opérer de grandes tricheries électorales au vu et au su de tout le monde. Les accords du 13 Aout ont été des masques de confiscation de pouvoir.

A propos de la modernisation des techniques agricoles, le Président parle d’un projet gigantesque qui englouti aux trois premières années plus 5 milliards de FCFA des trésors publics. C’est de la haute redistribution des ressources publiques entre les amis. Sinon, j’ai fait plusieurs régions du Tchad ces derniers mois et je ne vois pas l’impact de ce gigantesque projet. A propos des tracteurs, ce sont les gouverneurs et autres commandants qui en abusent mais le paysan lambda n’y a pas accès.  D’ailleurs, une commission du ministère de l’Agriculture a révélé récemment que les sous préfets au lieu de contribuer à la vente des engrais subventionnés par l’Etat aux paysans tchadiens, les achètent eux-mêmes et partent les revendre au Cameroun voisin à des prix très bénéfiques. Comment un tracteur peut-il être utilisé par un canton de plus de 2000 cultivateurs ?. Mr le président, ayez l’humilité de reconnaitre que ce projet a été mal ficelé et ne pourra jamais changer le visage rural du tchad.

Le PNSA auquel vous faites allusion, monsieur le Président est une machine à sous pour les dirigeants. Faites un tour  dans N’Djamena  pour voir comment ceux –ci vivent. Une opulence injurieuse pour les tchadiens ordinaires. C’est à ce PNSA que le Président veut s’appuyer pour faire décoller le monde rural ? Rien que du bluff.

Je suis surpris d’entendre le Président dire que « Tout le monde doit se convaincre que c’est par le travail qu’on peut mieux vivre. Quand on est un homme libre, c’est par le travail qu’on est un rentable pour la société ». de quel travail parle t-il lorsqu’il nomme des incompétents et des analphabètes à des hauts postes de responsabilité. Zakaria Deby, un gamin de moins de 26 ans cumule le poste de directeur Adjoint du cabinet civil de la présidence et du DG de la compagnie d’Air toumai. Un tiers des ministres sont des bourricots (voir l’article publié sur le site makaila).

A propos de l’éducation, avec un air sérieux, monsieur le Président affirme : « Regardez les jeunes à qui on a attribué le Bac dans les années 1994, 1995, 1996 et 1997. Regardez ces enfants qui ont été formés ici au pays et à l’étranger, qui travaillent à la fonction publique. Mais aujourd’hui, allez-y voir ce qu’ils font comme travail, ce sont nos enfants, petits frères, dites-leur d’écrire, de s’exprimer ou de faire un travail intellectuel: c’est du gâchis ! Moi, je ne peux pas être du côté de ceux qui veulent cacher la vérité pour des questions que j’ignore, sans chercher à améliorer de très grandes questions de responsabilité politique ».  Vous mentez Monsieur le président, j’ai eu mon bac à ces années là et partout où je passe, on me respecte pour mon professionnalisme, la clairvoyance de mon esprit. Dans les universités à N’djamena comme à l’étranger, je n’ai jamais quitté la tête du peloton. Ceux dont vous parlez sont justement ceux qui figurent sur la liste additive que  la présidence impose chaque année au jury sans même parfois participer à l’examen. Les jeunes tchadiens les plus méritants n’ont pas de bourse pour aller à l’étranger et avoir les résultats que vous mentionnez. Ce sont vos propres parents qui ternissent l’image du tchad tout entier à l’extérieur par leur mémoire d’âne.

Monsieur le président, vous reprochez au ministre sortant d’avoir déclaré admis les candidats  ayant moins de 10 et vous citez le décret de 2010 mais vous oubliez expressément que dans le même décret, il est écrit que le jury est souverain et peut délibérer en toute souveraineté. Ce que je ne comprends, vous déplorez que sur 69 000 candidats, 6 000 ont eu un e moyenne supérieure ou égale à 10 et vous faire reprendre en octobre plus de 60 000 candidats. D’abord, c’est un gaspillage de ressources financières et de deux, si c’est pour composer des sujets simples à dessein d’augmenter le pourcentage des admis, pourquoi valider la méthode de l’ancien ministre qui consiste à repêcher ceux qui ont au delà de 8, 25. Je vous dis clairement que vous aurez honte si après les examens du mois d’octobre, la proportion  globale des admis au bac avoisinera les 28%. Car il s’agira aussi du tripatouillage car du mois aout à Octobre, vous ne pourrez pas me convaincre que le niveau des candidats s’est amélioré. Les étudiants ne sont pas responsables des décisions du jury et ne peuvent en aucun payer cela. C’est pourquoi, le gouvernement peut revenir sur sa décision de reprendre le baccalauréat. Il appartiendra aux élèves d’utiliser tous les moyens pour empêcher la tenue de la session d’octobre. Il est vrai que les 60 000 candidats qui ont échoué d’office  ne s’associeront jamais à telle initiative car pour eux, c’est une deuxième chance d’avoir leur baccalauréat cette année 2012 mais je pense que ca devrait être une position de principe et non d’opportunité.

A propos de l’opération COBRA, le président affirme qu’il a fait entrer en moins de 2 mois plus de 1- milliards de FCFA au trésor public et qu’il est satisfait des résultats. Mr le Président, je ne peux croire à votre sincérité de lutter contre la corruption au Tchad. Ce ne sont que les récidivistes que vous nommez à hauts postes de responsabilité, comme si vous primez ceux qui volent l’Etat. Haroun Kababi est aujourd’hui président de l’Assemblée Nationale par votre volonté, Mahamat Ali Hassan plusieurs fois ministres malgré ses démêlées judiciaires,  ZEN Bada a fait des va et viens entre les hauts postes de responsabilité et la maison d’arrêt et la liste est loin d’être exhaustive. Vous faites de la lutte contre la corruption un moyen de régler des comptes à tes adversaires politiques. Un point barre. L’exemple de votre Ex SG Saleh Anadif  dont le dossier a été révélé vide est édifiant.

 

A propos de l’augmentation des salaires revendiqués par l’UST en grève actuellement, vous dites : « Avec quoi payerez-vous les 400 milliards de salaire  par an? Alors que nos ressources hors pétrole n’atteignent pas 400 milliards. Elles tournent autour de 360- 370 milliards. On ne peut pas aller plus loin que cela, c’est impossible. A moins qu’il y ait un miracle, que nous ayons d’autres puits à mettre en valeur d’autres ressources minières qui nous apportent plus »

Monsieur le président, vous regardez seulement les puits de pétrole pour faire face aux dépenses salariales. Le Sénégal dont un fonctionnaire gagne en moyenne 400 000 FCFA par mois a-t-il un seul puits de pétrole ? le Burkina Faso, le Benin, le Rwanda sont autant d’exemples pour vous montrer que si la gestion de la chose publique est saine, un gouvernement peut honorer valablement ses engagements vis-à vis de ses fonctionnaires sans compter sur les revenus pétroliers. Au Tchad, vous parlez des recettes hors pétrole qui avoisinent 400 milliards de FCFA alors que les salaires des 80 000 fonctionnaires sont de même ordre. Je ne suis pas expert en matière de salaire mais je vais vous prodiguer de petits conseils qui peuvent permettre de respecter la hausse des salaires des fonctionnaires sans forcement compter sur la production pétrolière. D’abord un, les 80 000 fonctionnaires dont vous parlez, on compte environ 40 000 militaires, soit la moitié. De ces 40 000, environ la moitié sont des militaires fictifs ou fantômes. Les généraux fabriquent des listes fictives pour se faire des sous car ce sont eux qui paient ces fonctionnaires. Gommez ces 20 000 militaires fantômes et vous verrez qu’il existe une marge pour rehausser le salaire des fonctionnaires publics. Deuxièmement, l’Etat peut améliorer les recettes hors pétrole qui ne s’élèvent qu’à 370 milliards de FCFA. Pour cela, il faut defamilliariser les Régies de douane, des impôts, des domaines. Vous avez beaucoup parents proches ou lointains qui se font des milliards de FCFA par an sur le dos de l’Etat. Ilq font entrer leurs marchandises ou ceux de leurs proches gratuitement sans dédouanement ou ils prennent des commissions avec des entreprises qui ne s’acquittent dès lors de leurs obligations vis-à-vis de l’Etat. Il est aujourd’hui établi que les recettes douanières sont virées dans des comptes privés à la CBT de ses enfants et sœurs ou dans les tiroirs familliaux à Farcha et c’est à la fin du mois, que le trésor reçoit sa part. c’est vraiment de la gabegie financière. C’est que le FMI a toujours condamné le au Tchad. Le Tchad fait partie des 4 derniers pays dans le monde à ne pas atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE. La raison principale est la mauvaise gestion des ressources publiques. Même la RCA a atteint et le Tchad traine, j’ai vraiment honte d’être tchadien. C’est pourquoi aussi, je suis convaincu que si les régies financières sont gérées par des hommes compétents, en dehors de toute emprise familiale, les recettes hors pétrole peuvent atteindre le double du niveau actuel c'est-à-dire 800 milliards de FCFA et donc chaque fonctionnaire tchadien peut logiquement espérer à un doublement de son salaire actuel.

En fin Deby demande aux tchadiens de s’inscrire dans la logique de renaissance, son credo. Oui, nous voulons une renaissance sincère, piloté par des hommes sincères, à commencer par le président lui-même. Nous ne voulons pas d’une renaissance brandie comme un slogan par un régime usé, corrompu et .népotiste.

hongramngaye@yahoo.fr