Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les mesures coercitives de la communauté internationale sont insuffisantes

 

L’action de la Jeunesse Guinéenne pour l’Aide au DEveloppement et à la Prospérité (AJGADEP) se réjouit des efforts élogieux de la communauté internationale dans l’ensemble de ces dispositions qui expriment des opinions très favorables pour un peuple à bout de souffle.

 

Cependant ces mesures punitives ou coercitives (refus d'accorder des visas, restrictions sur les voyages et gel des avoirs) prises à l'encontre des membres du Conseil National pour la Démocratie et le développement (CNDD) ne seraient suffisantes pour  protéger la population guinéenne contre les abus de la junte.

 

Au regard de la réaction de ses membres, après les événements douloureux et sanglants du 28 septembre, la volonté de la junte est attestée de façon expressive à réprimer ses contestateurs.

 

Contrairement à l’action conciliante qu’on pouvait s’attendre des auteurs de cette cruauté sauvage, on assiste à une dégradation considérable de la sécurité à Conakry, notamment par des assassinats ciblés au sein de la  population par des hommes armés en treillis militaires.

 

Lundi 19 octobre 2009, un fonctionnaire au ministère de la jeunesse, Mr Sadjo DIALLO dit Sader a été exécuté froidement par des hommes en uniforme devant sa famille.

 

Deux semaines après les massacres du 28 septembre, le ministre en charge de la lutte contre le grand banditisme, commandant Tiegboro CAMARA affirme que « plus de dix (10) assassinats ciblés ont été enregistrés à Conakry ».

 

Dans la nuit du 23 octobre 2009, des hommes armés ont assiégé le domicile du porte-parole des Forces vives, M. Jean-Marie DORÉ. Il aurait eu la vie sauve par son absence des lieux.

 

Mercredi 29 octobre 2009, suite à une grève de la faim qu’ils avaient entamée pour exiger le retour du dialogue entre les différents acteurs de la vie politique nationale, dix (10) des responsables de la Coalition des Organisations Guinéennes des Droits Humains (CODDH) ont été arrêtés et libérés quelques heures après avoir été molestés par les hommes Cdt Moussa Tiéboro Camara.

 

L’AJGADEP :

  • Condamne l’intimidation et la répression de l’armée contre la population ;
  • Appelle la communauté internationale d’évaluer la conséquence de l’aveu d’impuissance du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis CAMARA « ne pas pouvoir contrôler l’armée » ;
  • Demande la CEDEAO, l’UNION AFRICAINE, l’UNION EUROPEENNE et les NATIONS UNIES de faire un déploiement militaire en Guinée ;
  • Exhorte la mise en place d’un tribunal pénal international (TPI) pour la Guinée ;

                                                            Fait à Dakar, le 30 octobre 2009

Président  

 

Lamine KABA