Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Une unité d’action pour Tchad-Soudan-Centafrique.

L’opposition Tchadienne exilée à Dakar ainsi que leurs homologue Soudanais et Centrafricains ont scellé, ce lundi au siège de la Raddho, 
une union sacrée pour, ensemble, faire pression sur leurs gouvernements respectifs. L’idée est de pallier la situation d’instabilité permanente qui prévaut dans leurs pays. 

Les problèmes des populations de ces différents pays qui vont crescendo ont obligé les membres l’opposition exilée au Sénégal à unir leur force pour faire tourner les choses en leur faveur. La visite à Khartoum du 08 au 09 février du président tchadien Idriss Deby témoigne de la volonté de faire la paix avec son voisin Soudanais, accusé au départ des visées islamistes par les autorités tchadiennes. L’opposition en exil se demande si la normalisation, des relations entre le Tchad et le Soudan, garantit la paix dans la sous-région.

Pour rappel, le Tchad et le Soudan ont signé, le 05 février dernier, un accord final pour normaliser leurs relations tumultueuses qui durent depuis six (6) ans. « La situation est beaucoup plus grave. Nos populations vivent dans la peur dans la tristesse. Et quand on parle, on ne nous écoute pas », se plaint Makaila Nguebla membre de l’opposition tchadienne résidant au Sénégal depuis quatre ans.

Au Tchad, la situation sociopolitique est complètement bloquée du seul fait du refus catégorique du président Idriss Deby de répondre aux appels à un dialogue politique. 

Revenant sur la lutte qu’ils sont en train de mener M. Nguebla a souligné qu’au- Soudan, « Oumar El Béchir tient le pays avec une main de fer et que les grandes puissances doivent prendre leur responsabilité face à ces régimes corrompus ».

Le porte-parole de l’opposition en exil a, en outre, dénoncé « la situation chaotique qui est installée en Centrafrique ». La convention des patriotes pour la justice et la paix de Charles Massi, arrêté par les services de renseignement tchadiens au début de l’année 2010, a été remis aux autorités de Bangui dont le sort aurait été tragique. Devant cette série de constats de faits, il est fort à craindre que l’extinction des conflits dans les sous-régions ne soit pour demain.

Face à cette situation préoccupante, l’opposition tchadienne et ses homologues en exil appellent le Président du Sénégal Abdoulaye Wade et le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf à intercéder auprès de la France afin de faire fléchir la position figée d’Idriss Deby pour la tenue d’un dialogue politique au Tchad.

Malaika Nguebla appelle également l’Organisation des nations unies (Onu), l’Union africaine (Ua) et l’union Européens (Ue) à rompre avec le mutisme pour prendre à bras le corps la question de la paix au Tchad, au Soudan et en Centrafrique afin de garantir un processus de paix et de démocratie effective.

Mamadou SOW amwsentv.com

Lire aussi