Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

h-20-2009465-1269862001-copie-1

Photo/Ambassade du Tchad en France

 

Selon nos informations, chaque année universitaire, les étudiants tchadiens au royaume du Maroc, ont droit à une aide forfaire de l’Etat tchadien qui s’élève à 75 euros par an.

En  l’absence d’une représentation diplomatique du Tchad au Maroc, le privilège en terme de compétence  relève de l’ambassade du Tchad en France qui couvre les besoins administratifs des étudiants et autres émigrés tchadiens qui y vivent dans ce pays.

 

Toutefois, selon une de nos sources, c’est bien l’ambassade du Tchad basée à Paris, qui, assure la transaction de cette aide forfaitaire destinée  aux étudiants tchadiens.

 

Notre source, nous signale qu’une somme de 75.000 euros, aurait été envoyée par le directeur de bourses et de l’enseignement supérieur pour deux ans.

 

Néanmoins, ce montant de 75.000 euros, reste pour le moment entre  l’ambassadeur du Tchad et sa conseillère, qui l’auraient subtilisé à des fins  propres et personnelles dans leurs affaires commerciales pour en tirer profit. Pendant ces temps, les pauvres étudiants galèrent grave et bravent  l’adversité face au calvaire que connaissent la plupart des sub-sahariens qui se trouvent au Maghreb dans le cadre précis de leurs études.

 

Le drame ici, c’est l’indifférence qui anime les autorités tchadiennes face à la détresse de leurs étudiants, relève et forces de l’avenir.

 

Comme je puis  me souvenir d’une anecdote  d’une délégation tchadienne venue  évaluer les étudiants en Tunisie.

 

Accueillie dans un appartement loué par l’Ambassade du Tchad en Algérie puis mis à disposition  des étudiants tchadiens, une délégation tchadienne, lors d’une  rencontre avec le bureau des étudiants, a fait preuve d’une déclaration irrationnelle.

 

En effet, lorsqu'un étudiant avait pris la parole, pour, dire,  je le  cite : «  En Tunisie, les étudiants tchadiens boursiers et non boursiers,  traversent  un calvaire sans précedent.  Pendant les vacances, nous  nous nourrissons que des œufs, c’est la chose la moins chère ici. »

 

Répliquant à l’étudiant, un  membre de la délégation et conseiller à l’éducation nationale  à la primature de l’époque (1998), affirmait : «  vous au moins, vous vous nourrissez des œufs, c’est de la protéine,  nous, au Tchad, en tant que fonctionnaires de l’Etat, ne trouvons même cela pour manger. C’est même un luxe. » Disait-t-il !

 

Sa réponse à l’étudiant, a suscité l’hilarité générale dans l’appartement, l’assistance était  totalement désemparée et désespérée par les propos d’un membre de la délégation  censée apporter les remèdes à leurs préoccupations.

 

Cette parenthèse, est juste pour dire que les fonctionnaires tchadiens de toutes catégories confondues sont plus nécessiteux que les étudiants.

 

Pour ce qui est des étudiants tchadiens au Maroc, la situation est visiblement alarmante.

L’Ambassade du Tchad en France, doit avoir une dette morale et un cas de conscience devant la détresse des étudiants dont le sort relève de sa sphère administrative.

 

Si  cette information rapportée à notre rédaction ce dimanche,  se révèle  vérifiée, l’association des étudiants tchadiens, doit appeller à la démission cet ambassadeur et exiger son rappel à Ndjaména.

 

A suivre.

 

La rédaction du blog de makaila

 

 

 

.