Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

tralta.jpg

QELLE OPPOSISTION POUR UN CHANGEMENT AU TCHAD ?

Le Tchad n’est pas la Tunisie ni l’Egypte encore moins la Lybie. Le Tchad est le Tchad.

Pourtant l’urgence d’un changement s’impose. Pour cela il faut une opposition, mais quelle opposition ?


Nous sommes dans une décennie ou l’erreur n’est plus permise. Ayant longtemps espéré que le système qui dirige le pays, allait changer de cap vers la bonne gouvernance, avec un programme sain pour le bien être de la population, mais Hélas….. 

Le système n’a ni créativité, ni initiative politique dans le domaine agro-économique, énergétique, sylvio-pastorale, éducatif, industriel, sportif, socioculturel, …, mais pratique une politique incohérente, une gestion catastrophique de la chose publique, une insécurité institutionnalisée. 


C’est au Tchad qu’ Ministre se donne le plaisir d’envoyer ses sbires arrêter des nobles citoyens en dehors de la procédure légale. Alors peut-on parler d’un Etat de droit ? Nous disons non. L’Etat est pris en otage par un groupe de personnes qui fait le beau et le mauvais Temps comme il lui plait. Ça doit s’arrêter, oui le moment de dire STOP à tout cela est arrivé.


La cherté de la vie pénalise les foyers moyens, alors que les salaires ne connaissent pas de hausse. 


Chez nos voisins les villageois ont accès à l’énergie domestique et à l’internet. Alors que chez nous, au Tchad, c’est un luxe. OU VA LA MANNE PETROLIERE ?
Existe-t-il un grain de patriotisme dans le cœur de ceux qui dirigent notre cher et beau pays ? Nous ne croyons pas. Nous constatons que y a des tchadiens traités comme des étrangers dans certaines régions du Tchad, alors que d’autres se comportent en conquérant dans ce même pays. Ou est le patriotisme, le nationalisme, le civisme (les symboles du pays sont bafoués) ? Il nous faut une armée républicaine, pas tribale


La justice, oui la justice, le peuple subit l’injustice de la justice. Les coupables sont justifiés tandis que les innocents sont condamnés, simplement parce que les coupables sont intouchables. Une justice sclérosée, corrompue, clientéliste, sous le contrôle du pouvoir en place. Le toilettage du système judiciaire tchadien s’impose.

 


Sur la scène International et Africaine le Tchad est inexistant. 

 
Des initiatives individuelles de développement privé rencontrent des difficultés d’implantation, à moins qu’on soit du système pour s’implanter. Pourquoi tant de tchadien compétant se trouvent à l’étranger ? Alors que le pays a besoin d’eux, le pays va mal, très mal .


Dans tout cela, où est l’opposition ? Que fait-elle ? Qu’elle que soit une opposition à main armée où à main nue. L’opposition n’a pas une position claire. 
Nous constatons que les opposants sur la scène politique n’ont pas de programme de société cohérent où inexistant. La plus part sont opposants parce qu’ils ont perdu leur pain, les uns par la haine des autres, certains ont cru que c’est une courte échelle, c’est dommage qu’ils ne savent qu’injurier, se trahir, se diviser sur des sujets qui ne les honorent pas. 



Nous voyons qu’au sein de ces partis d’opposition reflètent le régionalisme, le tribalisme, la corruption, le népotisme, la dictature la confusion des biens du parti avec les biens privés des chefs. Alors qu’ils aspirent à diriger le pays.


Un voleur peut-il en chasser un autre ? 


Le changement des mentalités à tous les niveaux s’impose. Humblement chacun doit réfléchir sur ses échecs passés en tirer les leçons et qu’ensemble nous puissions regarder dans la direction de l’intérêt national pour le développement et le bien être pour tous.


Aussi le peuple a besoin du sang neuf dans l’opposition des hommes sincère respectueux de la parole donnée, intègre, attentif à la population, créatif, sociable, prompt à agir pour l’intérêt général. Ainsi ensemble dans le respect des uns et des autres, sans animosités, ni rancœur, ni la haine, nous pouvons œuvrer pour le changement. Nous ne sommes pas des ennemis mais des adversaires politiques, qui doivent combattre sur le terrain d’idées afin de promouvoir la liberté, l’égalité, la dignité dans le travail, le bien vivre de tous en étant unis. Cultivons aussi le pardon sans lequel nous ne pouvons avancer.


Peuple tchadien (ne) le moment de te réveiller est arrivé, lève toi ! Pour que le bonnet noir puisse être changé en bonnet blanc.

 

TORALTA NANGMBATINA PROSPER