Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

C850739D66AB7DD7B4C72A12FFDE9.jpg

L’EXEMPLE TUNISIEN.

 

 De la bonne cruauté chez Machiavel. Il n’est nullement dit qu’il faut répondre le mal par le mal. Mais, dés fois il est bon d’user du mal pour rétablir une situation de merdique.

 

     C’est ce qui est arrivé en Tunisie. Le Président Zéine Ben Abdine Ben Ali, qui est arrivé et resté au pouvoir près d’un quart de siècle avait concentré les avoirs du pays entre les mains d’une poignée d’individus, que sont les membres de sa famille. La population Tunisienne, qui n’avait pas le droit à la parole était intimidée jusque dans leur choix électoral ; au su et au vu des grandes puissances qui n’ont manifesté aucun désaccord vis-à-vis de la politique du clan de Ben Ali. Il a fallu un élément déclencheur malheureux ; un jeune diplômé sans emploi, qui se suicide au feu. Pour que les choses s’emballent.

 

     Le président, n’a trouvé mieux que la fuite. Cet événement Tunisien considéré comme une grande révolution ; ayant conduit à des morts d’hommes, est une leçon démocratique à l’instar de tous (les présidents Africains) sachant, que le pouvoir n’est pas un legs familial. Deux mandats de cinq ans : pour chaque mandat, suffisent pour un président quelque soit sa posture et sa volonté politique. Si un Président de la République ne fait pas de cette leçon démocratique son sacerdoce, il finira sa course entre les mailles des filets de son peuple. Les armées Africaines, à mon humble avis ont tourné la page des coups d’Etat, des putschs sanglants. Maintenant, il appartient à nos peuples de dicter leur démocratie. Si on a le droit de voter, pour porter une personne à la tête d’un pays. On aura également le droit d’être écouté par le pouvoir en place. C’est ça la démocratie.

 

     Sur ce, nous compatissons avec le peuple Tunisien et disons, la révolution a pris forme et doit continuer son bonhomme de chemin.

 

     Encore une fois Merci au peuple Tunisien. Pour son engagement dans la lutte pour le rayonnement de la démocratie. La République qui est définie par essence comme la chose publique, donc appartenant à tous ; doit être gérée selon les aspirations de nos peuples respectifs. Il est dit et connu dans toutes les démocraties modernes que : Nul n’est sensé ignoré la loi. Une fois que celle-ci est votée par le législateur, promulguée et publiée au journal officiel. Donc, même nos gouvernants (dirigeants), doivent se soumettre à cette loi. Si non… Merci.

 

Mr Niokhobaye Diouf

Paysan Noir

Contact : paysan_noir@yahoo.fr

Dakar-Sénégal