Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

safe_image-copie-1.jpgCommuniqué du Comité International pour la Libération d’Ahmed ELEUCH

 

Nouveaux épisodes du procès fleuve du psychiatre franco-tunisien Ahmed ELEUCH
les 19 et 21 Janvier 2010

             Le C.I.L.A.E (Comité International pour la Libération d’Ahmed ELEUCH) tient à informer l’opinion publique française, tunisienne et internationale de l’importance des prochaines échéances judiciaires du procès du Docteur Ahmed ELEUCH. Nous rappelons en effet que le jeudi 21 janvier 2010, Ahmed ELEUCH doit comparaître devant le tribunal de Tunis pour son procès en appel, qui, prévu initialement le 5 octobre 2009, a été reporté à quatre reprises ! Par ailleurs, le mardi 19 janvier 2010, il sera également jugé en première instance pour l’affaire de Sfax, dont le procès a été ajourné à deux reprises !

 

            Nous attirons l’attention de tous sur le caractère particulièrement douloureux de ces reports successifs, qui obligent régulièrement monsieur ELEUCH à délaisser sa vie familiale et professionnelle en région parisienne, pour se rendre à ses audiences, sans compter les contraintes matérielles ainsi occasionnées.

 

            Les collègues, confrères et sympathisants nombreux du docteur ELEUCH au sein du C.I.L.A.E. sont particulièrement inquiets actuellement. Pour justifier l'emprisonnement de monsieur Ahmed ELEUCH au mois d'août dernier, le tribunal de Tunis avait pris sa décision au bout d’une semaine seulement, alors qu'il a reporté quatre fois le procès en appel pour un dossier vide. Le C.I.L.A.E. s’interroge sur les motivations réelles de ces reports, qui peuvent perdurer encore longtemps, dans la mesure où le droit tunisien n’impose pas de limites au nombre de reports possibles. Le motif officiel invoqué par le Président de la Chambre d’appel, à savoir qu’il manque au dossier du docteur ELEUCH la mise à jour de son casier judiciaire, nous laisse perplexe : c’est que ce casier avait déjà été fourni lors du procès en première instance le 7 août 2009, et que sa mise à jour depuis cette date appartient au procureur de la République, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur.

 

            Nous craignons que le docteur  Ahmed ELEUCH soit ainsi poussé au découragement, et qu’à son emprisonnement physique se substitue désormais un emprisonnement moral, alimenté par le spectre d’un retour en prison, et d’une clôture impossible de cette affaire. Nous ne pourrons tolérer qu’il soit lourdement condamné par contumace le jour où, après un énième report, il ne pourra se présenter à son procès, et qu’il soit derechef renvoyé à son point de départ, celui d’un nouveau retour impossible sur sa terre natale, comme ce fut le cas durant dix-neuf ans.

 

            Nous rappelons qu’Ahmed ELEUCH a été libéré le mercredi 16 septembre, après 7 semaines d’emprisonnement, et à titre provisoire dans l’attente de son procès en appel. Il reste donc condamné à une peine de quatre ans d’emprisonnement pour « participation à un groupe clandestin portant atteinte aux biens et aux personnes ». La gravité de cette condamnation contraste singulièrement avec la vacuité du dossier, le seul chef d’inculpation demeurant à ce jour un témoignage d’un participant à une réunion politique du parti En-Nahdha à Tripoli en 1993, qui affirme y avoir vu Ahmed ELEUCH ! Par ailleurs, le médecin français doit encore être jugé par le tribunal de Sfax pour une nouvelle affaire, où il est accusé d´ « avoir financé un groupe qui prône la haine religieuse ». Le C.I.L.A.E. demande à connaître les preuves étayant cette accusation  et rappelle qu’Ahmed ELEUCH, qui exerce son activité en Seine-Saint-Denis, est un psychiatre et psychothérapeute apprécié par des patients de toutes origines et confessions, un professionnel reconnu par ses pairs médecins et de la santé mentale, un professeur attentif à ses étudiants, un homme dont l’ouverture d’esprit et la qualité d’intellectuel ont suffisamment été attestées à travers ses conférences, articles et ouvrages.

                            

            Nous voulons toujours croire qu’au nom des droits fondamentaux des citoyens tunisiens, mais aussi de l'amitié franco-tunisienne, les autorités judiciaires de la Tunisie auront à cœur, ces prochains jours, de permettre à Ahmed ELEUCH de régler définitivement sa situation. La souffrance d’Ahmed étant aussi la notre, nous gardons l’espoir de pouvoir bientôt fêter dignement  un acquittement depuis si longtemps attendu.

 

Paris, le 18 janvier 2009

 

Docteur Patrick CHALTIEL,

Président du Comité International pour la Libération d’Ahmed ELEUCH (C.I.L.A.E.)

Site internet : http://www.liberez-ahmed-eleuch.net

Contact : liberez.ahmed.eleuch@gmail.com