Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

N° 008/C- CNCD/03/2012 Communiqué:

Sans-titre-copie-7.JPG

Libération immédiate du député tchadien Pierre GALI N'GOTHÉ


Le Conseil National pour le Changement et la Démocratie (CNCD) a suivi avec stupéfaction la dernière farce lugubre du régime militaro-clanique du "Général-Président-Sultan" Idriss Déby Itno, à savoir l'arrestation suivie de la condamnation ubuesque du député de l'opposition Pierre Gali N'gothé.

Certes, en vingt et un ans d'une gestion moyenâgeuse, marquée par les pillages, les brigandages électoraux et les assassinats politiques, le pouvoir de N'Djamena n'en n'est pas à sa première forfaiture; néanmoins la désinvolture et la grossièreté dont il vient de faire preuve, dans son acharnement contre le député Gali N'gothé, sont assez déconcertantes. Désinvolture, car plus de trois années après la publication du rapport de la Commission d'enquête, qui a établi sa responsabilité dans la disparition du Professeur Ibni Oumar Mahamat-Saleh, l'attitude obstructionniste du régime est en passe de l'entraîner vers une procédure internationale; situation qui  devrait logiquement le dissuader de commettre de nouvelles turpitudes.

Grossièreté, du fait des conditions d'arrestation d'un  député protégé par l'immunité parlementaire, du ridicule du prétexte invoqué ( découverte de carcasses de phacochères dans un véhicule !), et de la précipitation avec laquelle la condamnation a été prononcée, en piétinant les procédures techniques minimales, par une Justice définitivement aux ordres.

Le CNCD joint sa voix à celle des forces démocratiques, en exigeant:

-                    La libération immédiate du député Pierre Gali N'gothé; et

-                    L'arrêt de la persécution du député Saleh Kebzabo.

Par ailleurs,

Nous réitérons notre appel à l'Union Européenne, qui avait parrainé l'Accord du 13 août 2007 entre le parti présidentiel et ceux de l’opposition, à respecter ses engagements quant au dossier Ibni Oumar, et particulièrement aux autorités françaises qui continuent à accueillir  le despote tchadien, avec une régularité plus que suspecte, comme c'est le cas en ce moment même,  de cesser la coopération militaire et sécuritaire avec la dictature.

-                    Enfin nous appelons les Tchadiens et les amis du Tchad à multiplier les actions de sensibilisation et de mobilisation, afin de faire reculer la machine répressive  du général Idriss Déby Itno.

 

 

Fait le 09 mars 2012
Annette Laokolé
Coordinatrice du CNCD