Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

isf.jpg
Paris, le 9 avril 2013Internet Sans Frontières demande la libération immédiate et sans condition du blogueur et écrivain tchadien Jean Laokolé, arrêté le vendredi 22 mars par des membres des forces de sécurité à N’Djamena, la capitale tchadienne. Il a été appréhendé dans la soirée du 22 mars par un groupe d’hommes en civil alors qu’il était en voiture avec sa famille dans le quartier d’Atrone, à N’Djamena.


Jean Laokolé contribuait depuis un an avec un nom d’emprunt sur le célèbre blog tchadien http://makaila.over-blog.com/. Dans ses articles, il ne cessait de dénoncer la corruption, la mauvaise gouvernance et le népotisme qui règnent dans ce pays d’Afrique centrale. Il aurait confié à un proche qu’il était l’auteur de ces différentes contributions, et ce dernier l’aurait dénoncé aux autorités.


Le jour de son arrestation, des hommes en civil l’ont forcé à monter à bord de leur  véhicule et l’ont conduit vers une destination inconnue. Bien que les autorités n’aient pas révélé ce qui est advenu de lui, il a été vu lundi 25 mars dans un ancien camp militaire de N'Djamena, le camp OCAM, situé derrière le lycée du Sacré-Coeur. Il a ensuite été transféré au camp militaire d’Amsinene à 30 km de N'Djamena. Des membres des forces tchadiennes de sécurité utilisent ce lieu pour y incarcérer certaines personnes, bien qu’il ne s’agisse pas d’un centre de détention officiel.



Selon diverses sources, notamment des membres de sa famille, la police a convoqué Jean Laokolé le 22 mars prétendument au sujet d’un article publié sur un blog. Il est soupçonné d’avoir porté de « fausses accusations » contre un groupe de personnes qui ont sans doute porté plainte contre lui auprès de la police. Après confrontation des parties, des négociations étaient en cours en vue d’un compromis : Elles se sont mises d'accord pour que Jean Laokolé présente des excuses par écrit sur ce même blog et envoie également une lettre d’excuses aux personnes susceptibles d'avoir été blessées par son billet. Il prévoyait de le faire samedi 23 mars.


Depuis son arrestation, ses soutiens sont sur écoutes téléphoniques : le 25 mars 2013, un blog proche du pouvoir, visiondutchad.net a publié un article dans lequel est retranscrite une conversation téléphonique entre Ngueba Makaila, blogueur et éditeur du blog sur lequel Jean Laokolé écrivait sous un pseudonyme, et Eric Tapona, president de l’association des journalistes tchadiens.