Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 0deby_200209.jpg

Mardi dernier, l’humanité a célébré, la  journée internationale de la paix, à cette occasion, l’ancien président Goukouni Weddeye, rallié au régime Deby et Abderahman Moussa, chargé de la médiation au plan national,  ont été prétendument élevés  aux rangs d’ « ambassadeurs de la paix », des titres qui relèvent du folklore et de slogans que des réalités, au regard de  la distance qui  nous reste à parcourir pour atteindre la paix effective au Tchad.

En effet, ces derniers temps, on ne cesse d’imposer Idriss Deby à l’opinion publique nationale qu’internationale,  comme étant un pacificateur,  soucieux de la recherche de la paix au Tchad et dans la sous-région, alors qu’il en est véritablement l’artificier d’un pouvoir incendiaire qui a déstabilisé plusieurs pays voisins.

Le dirigeant tchadien, est le  seul, à avoir installé dans le pays,  un agenda fondé sur la tension sociale et les affrontements intercommunautaires, ciblant tour à tour, des groupes ethniques qui forment la composante nationale.

Aujourd’hui, cela fait Vingt ( 20) ans fermes, qu’Idriss Deby et les siens détiennent à eux seuls, le monopole de la répression et des persécutions d’hommes politiques, des militants des droits de l’homme, des leaders syndicaux , des éminents cadres et universitaires du pays. Ils ont contraint en exil, femmes et enfants, vieillards et simples citoyens épris de justice et de dignité humaine.

Notre blog et les différentes personnes qui y interviennent, n’ont pas manqué de douter  sur la capacité réelle d’Idriss Deby, à opter pour le retour définitif de la paix au Tchad par une démarche sincère de médiation juste et équitable.  Parce qu’il existe fondamentalement un écart énorme entre les actes posés par cet homme et sa volonté de faire quelque chose.

Les analystes les plus éclairés et percutants du dossier tchadien, n’hésitent pas clairement de soutenir que le seul facteur bloquant  vers un processus effectif de paix au Tchad, reste son chef de l’Etat, dont la mauvaise volonté freine toute dynamique,  visant à dégager un véritable consensus national au sens global.  C’est pourquoi, les efforts déployés par les forces vives de la nation, pour convaincre Idriss Deby à créer les conditions idoines d’une stabilité politique,  buttent soudainement à son réflexe réfractaire à la paix.

Aujourd’hui, la situation se complexifie pour le peuple tchadien, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de nos frontières, du simple fait, que la « stabilité précaire » que connaît le pays, éclipse totalement le regard attentif de la communauté internationale sur les dérives autoritaires et ostensibles du régime en place.

Devant un tel contexte sociopolitique, totalement verrouillé par un  pouvoir qui privilégie une paix fausse par une propagande médiatique à outrance et gênante, il est à parier que, l’issue reste incertaine sans une mobilisation citoyenne et républicaine de toutes les composantes nationales dans leur entièreté.

Tant qu’au Tchad, la paix reste un slogan du régime actuel  et de tous ceux qui sont acquis à sa cause, elle est loin de s’identifier comme le socle  d’une refondation de la nation tchadienne, déchirée  par des conflits politiques et armés entretenus par Idriss Deby lui-même, un vecteur d’instabilité permanente.

Makaila Nguebla