Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Cher Makaila,
 En réaction au communiqué de presse N0 20/ato/2010 publié sur le blog de Abdelaziz Koulamallah et repris par votre blog, le Bureau Exécutif de l'Association Tchadienne de l'Ontario au Canada vous prie de bien vouloir publier en lieu et place du communiqué incriminé son droit de réponse en attache à cet email.
 
Sincèrement,
 
OUSMANE HAMAY
SECRETAIRE GENERAL
ASSOCIATION TCHADIENNE DE L'ONTARIO
PO. BOX: 57013 JACKSON STATION
2 KING W
HAMILTON, ON L8N 4W9
Tel: 905 921 6422
Fax: 905 527 7342
****************************************************************************************************************

 

 

DROIT DE REPONSE

 

Nous, membres légitimes du Bureau Exécutif de l’Association Tchadienne de l’Ontario (ATO) résidents en Ontario au Canada voudrons par la présente apporter une mise au point à l’opinion nationale et internationale par rapport aux informations fausses et erronées contenues dans le communiqué de presse No 20/2010 publié par Abdelaziz Koullamallah sur son blog.

En effet, l’ATO est un organisme communautaire crée le 10 Aout 1999 par les ressortissants tchadiens résidents en Ontario au Canada pour mission de faciliter l’établissement et l’intégration des tchadiens dans le système socio-économique et culturel canadien. Abdel Aziz Koullamallah était bel et bien membre fondateur et premier président de l’ATO mais curieusement n’ayant aucun projet communautaire  et profondément en rupture avec la réalité canadienne, le Sieur Abdelaziz a simplement et purement abandonné le Canada pour aller vivre en France pendant 6 années d’affilées. Une association n’étant pas une propriété privée mais un bien collectif, l’ancien vice-président  fondateur Abakar Cherif aujourd’hui Président fondateur de l’ATO et les autres membres du BE  se sont ressaisi  bien plus tard en 2006 par le biais d’une  assemblée générale pour  restructurer l’organisme en mettant sur pied une nouvelle équipe dynamique  composée des personnes vivant sur place au Canada afin de sortir l’association de sa léthargie pour qu’elle puisse jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu. Notons toujours que jusqu'en 2006, date de l’assemblée générale de relance, le Sieur Abdel Aziz Koulamallah n’est toujours pas revenu au Canada.

Grâce donc au dynamisme des membres de l’équipe mise sur pied en 2006, l’ATO s’est crée aujourd’hui une place de choix au Canada en développant de nombreux projets  au profit de la communauté francophone dans la province de l’Ontario et des tchadiens du Canada en particulier. Parlant de projets de développement, l’Association Tchadienne de l’Ontario est aujourd’hui le seul organisme francophone en Ontario qui offre des emplois aux jeunes originaires des pays francophones résidents en Ontario au Canada.

Abdelaziz qui avait quitté le Canada en 2001 abandonnant ainsi l’organisme pour 6 années, était revenu au Canada en été 2007 pendant que l’ATO  conduisait un camp d’été francophone de 103 enfants. L’association avait cette année là créée 10 emplois pour les jeunes francophones dont 6 tchadiens et 4 congolais (RDC). Le deuxième fils de Abdelaziz Koulamallah fut employé de l’ATO cet été 2007 grâce à l’intervention de son père qui en son temps ne tarissait pas d’éloges à l’endroit des membres du BE  pour la dynamique insufflée à l’organisation. Abdelaziz Koulamallah légitimait ainsi par ses agissements l’équipe mise en place  sinon comment comprendre qu’il soit intervenu  auprès de l’actuel BE pour que son enfant soit engagé comme employé de l’ATO en été 2007. Les données au sujet de l’emploi de son fils en 2007 existent dans les archives de l’association, auprès de  Service Canada, bailleur de fonds  ainsi qu’auprès de  Revenue Canada, agence de collecte d’impôts de tout employé. L’ATO se réserve le droit de les rendre public en temps opportun.

Depuis lors, l’ATO n’a cessé de multiplier projets après projets au profit de la communauté francophone, faisant ainsi l’honneur et la fierté des tchadiens vivants au Canada.

A ce jour, l’ATO a organisé 4 camps d’été ayant réunit au total 480 enfants  et employé 40 jeunes francophones en raison de 10 par années.

Conscients des opportunités existantes au Canada qui contrastent avec les difficultés socio-économiques du Tchad, les membres de l’ATO ont décidé d’initier des projets pouvant avoir un impact positif et direct sur les tchadiens vivants au Tchad. C’est ainsi que l’association a réussi à obtenir de la mairie de Hamilton au Canada un don de feux de signalisations et accessoires complets. Abdelaziz a affirmé dans son papier que l’ATO a reçu de l’argent de la mairie de Ndjamena après livraison du matériel. Vrai, car ce matériel n’a pas été parachuté au Tchad par miracle. Les membres de l’ATO, en bon citoyens tchadiens, ont dû utiliser leurs propres moyens financiers  pour acheminer ce matériel contenu dans deux containeurs de 40 pieds chacun de Hamilton au Canada jusqu’à Ndjamena au Tchad. Le Sieur Abdelaziz Koulamallah a manqué une occasion en or pour se taire ou  de faire comme les bons citoyens  tchadiens qui ont en envoyé des messages de remerciement à l’ATO. Les dépenses liées au transport  de ces containeurs faites par les membres de l’ATO leur sont remboursés et ils le méritent parceque c’est leur dû. Eux au moins ont contribué au développement du Tchad comparativement à ces petits politiciens en l’occurrence Abdel Aziz Koulamallah, en mal de publicité et des idées, actuellement en train de squatter en longueur de journées les salles d’attentes  à Ndjamena pour avoir l’argent du contribuable tchadien au nom d’un ralliement ou d’un retour au pays quelconque. C’EST UNE HONTE !!!

Le Canada est un pays de droit et les membres du BE de l’ATO sont disponibles pour une éventuelle bataille judiciaire de légitimité  si Abdelaziz Koulamallah estime qu’ayant été membre fondateur de cet organisme et ayant séjourné 6 années hors Canada, il peut encore prétendre à la présidence ou à une prétendue propriété de l’ATO. D’abord on lui conseille de prendre le temps lire et de se faire expliquer  « les textes régissant la constitution en association sans ou à but lucratif » au Canada.

Aujourd’hui, l’ATO est en négociation sur d’autres projets importants en faveur du Tchad et cher lecteur, la presse écrite et audiovisuelle tchadienne vous informera sur les très prochaines retombées de ces négociations entre l’ATO et ses partenaires canadiens.

Toute la diaspora tchadienne à travers le monde devrait emboiter le pas à l’ATO en posant des actes de développement concrets au Tchad. Un acte louable à dupliquer par d’autres tchadiens comme l’ont dit le maire de la ville de Ndjamena et le consul du Canada au Tchad. C’est malhonnête et apatride de critiquer une action de telle envergure. Le Tchad a besoin des actions et non des écrits  inflammatoires, divisionnistes et rétrogrades.

 

Fait à Hamilton-Canada, le 25 Juillet 2010

 

Le Bureau Exécutif de l’Association Tchadienne de l’Ontario (ATO)

 

 

Droit de réponse