Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

h-20-2638925-1321402128

Les fonctionnaires tchadiens risquent d’aller vers des actions beaucoup plus concrètes et dures. La manifestation n’est pas écarté vue la gravité de la situation. Nous sommes au troisième jour du mois et aucun fonctionnaire au virement n’a senti l’odeur de l’argent pendant la vie devient de plus en plus dure. Habituellement, au mois d’août, appelé «Chaari Tamané», les tchadiens sont confrontés à la vie chère et surtout, par faute de provisions nécessaires, des familles passent toute la journée sans mettre quelque chose sous la dent. Nous avons fait un tour ce matin, vendredi 3 août 2012, aux différentes banques de la place, les fonctionnaires ressortent avec un visage serré. «Il n’y a pas eu quelque chose», rétorque un fonctionnaire à un de ses camarades qui le coince devant une banque de la place. Le pire, même les enseignants subissent le coup. Malgré leur trêve avec le gouvernement, le SET, naïf qu’il soit, se retrouve au milieu «des chiens sans bâton». Les enseignants attendent de pied ferme le gouvernement. En effet, ils devraient percevoir, suivant l’accord que le SET a signé avec le gouvernement, 45 000 Fcfa de plus sur leur salaire. Ils doivent avoir, chaque mois cette somme avec un rappel d’un mois à partir du mois de janvier. C’est-à-dire, chaque enseignant doit avoir 90 000 Fcfa sur son salaire jusqu’au mois de décembre prochain. Mais, les nouvelles ne sont pas bonnes. Il semble que les financiers ne s’accordent pas sur la modalité à payer cet argent. Il est clair que le président Déby ne contrôle rien dans ce pays où sa parole n’est pas respectée. Lors d’une audience avec les responsables du SET, il a annoncé que cet argent soit versé sans délai aux enseignants. Mais, les financiers ont leur mot à dire aussi malgré la parole du président. La parenthèse des enseignants fermée, disons que les fonctionnaires risquent de descendre dans la rue à partir de ce lundi 6 août si rien ne fait. Les gens veulent préparer la fin de ramadan qui interviendra le 19 août prochain. Mais, déjà, beaucoup des fonctionnaires sont des difficultés incroyables. Certains sont menacés par leurs bailleurs. Comme les banques travaillent aussi le samedi, certains fonctionnaires, disent, fermement que si rien ne fait ce samedi, ils rendront la vie difficile au gouvernement. Attendons de voir la médiation du MPS et la réaction du gouvernement sur le virement des salaires.
Les prochains jours s’annoncent dur. D’aucun dise qu’on s’achémine vers le printemps tchadien allusion faite aux mouvements arabes comme il y a aussi des arabes au Tchad. Les têtes brûlées se mettront devant de la scène.
Débaïbé Asarawi