Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

ebode.jpg
M.Innocent Ebodé, rédacteur en Chef
de La Voix au Tchad, enlevé ce dimanche
à Ndjaména.

Le blog de mak, vient d’être alerté ce dimanche de Ndjaména que M.Innoncent Ebodé, journaliste camerounais, qui a été  éconduit mani militari, par l’Agence Nationale  pour la Sécurité(ANS), police politique du régime tchadien, il y a deux mois,  est enlevé carrément ce jour du 20 décembre 2009,  par les agents de Renseignements généraux (RG), à bord d’un véhicule immatriculé  L 189 80 de couleur rouge.


Rappelons en  passant  que le journaliste camerounais, rédacteur en chef du journal La Voix, est revenu au Tchad, après avoir été expulsé par les autorités tchadiennes, sous un prétexte fallacieux, qu’il n’avait pas de carte de résident au Tchad.


De retour à Ndjaména à peine seulement deux semaines ,  M.Innocent Ebodé, est de nouveau enlève  ce dimanche à 10heures, par les limiers des renseignements tchadiens, alors qu’il s’apprêtait  à  se rendre à son lieu de travail en compagnie d’un de ses collègues journaliste.


Cette arrestation corrobore, en effet, toutes nos affirmations sur le régime tchadien, que nous taxons de liberticide et de prédateur des libertés publiques aussi bien de ses concitoyens que des étrangers vivants en terre  tchadienne.


Notre blog, qui milite pour une lutte citoyenne, appelle les organisations  locales et internationales de dénoncer  la rémanence  de ces  atteintes aux droits de l’homme et libertés publiques que subissent les citoyens et les expatriés en général  au Tchad sous le régime d’Idriss Deby.


Nous tenons entièrement pour responsable, les autorités de Ndjaména, pour tous ce qui arriverait au rédacteur en chef du journal La Voix et que celles-ci s’assurent que rien ne peut leur garantir la moindre impunité face aux violations diverses des droits de la personne dans notre pays.

 


Il est urgent que toutes les âmes éprises des libertés pour tous, soutiennent le combat noble du peuple tchadien, étouffé par un pouvoir vétuste complétement enragé qui montre ses limites et failles à tous les niveaux.

PS: Charmant hasard, Ebodé vit dans la même cour que Béthel Miarom, journaliste de la presse présidentielle.....


Makaila Nguebla