Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

KY.jpg

Le 18 du mois en cours, plus de six femmes commerçantes d'or et d'argent métal (appelé en arabe dialectale « Foudah ») ont été arnaquées par une bande de voleurs reconnus par le régime despotique de Deby.

Comment la scène s'est-elle passée? Comme d'habitude, les commerçantes se sont préparées pour aller aux pays du Golfe dasns le cadre de  leurs affaires. Elles étaient infiltrées et suivies anarchiquement pour cette fin. Une fois venues à l\aéroport, les faux douaniers ont saisi le métal précieux, comme si cela provenait de nos minerais. N’ayant aucune information, les victimes ont capitulé.

 

Il faut rappeler que ces femmes sont pour la plus part des veuves qui se débrouillent pour nourrir et éduquer leurs orphelins, mais les parents nationaux se taxent le luxe pour les arnaquer par ce qu’elles ne sont pas de leur ethnie. Elles avaient dans leurs bagages quelques kilogrammes de l'argent métal pour pouvoir les échanger une fois dans les pays du  Golfe, et ceci permet à ces dernières de ramener de l’or au pays qu’elles revendraient. Au lieu d’encourager de telles initiatives, au pays des Itno,  les soi-disant officiers de douanes ont saisi la marchandise et bloquer ainsi les pauvres mamans qui partaient par le vol éthiopien le même jour. 24 heures plus tard, l'un de faux douaniers marchande avec ces dernières et recupère de chacune, un million de franc CFA avant de leur remettre le colis saisi, bien évidemment de façon arbitraire et en catimini total.

 

Cela ne choquera personne si, cette somme est versée dans les caisses du trésor public, mais hélas, ça va directement dans des poches insatiables de ces énergumènes connus de tout tchadien. Les arnaqueurs croient que ces matériaux précieux furent extraits du sous-sol tchadien, même si c’est le cas, il y a une procédure à suivre. Il faut aussi notifier au passage que le code minier tchadien ne prévoit rien dans ce sens. Que l’opinion nationale et internationale sachent toutes les dérives du système. Si on dit que cet acte est minime, il faut rappeler qu’il y a moult exemples dans ce genre de cas et ceci de façon presque quotidienne.

Tantôt, on nous parle que le Tchad est dans un chemin du développement et de la croissance socioéconomique, mais fort est de constater amèrement qu’en réalité la situation s’empire du jour le jour.

Dans un pays quand des analphabètes ont le règne, le paisible citoyen ne peut y vivre décemment.

Que Dieu sauve ce pays pris en otage par un groupuscule sans pitié et ni un sens humanitaire.

Le Citoyen, Alkhali Daoud Mansour