Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

                 CONFERENCE DE PRESSE DE LA CPDC

 

                                        (DECLARATION LIMINAIRE)

 

 

 

Malgré les appels à la retenue pour une avancée méthodique, la CENI  a soumis à la signature du Président de la République les listes des membres des démembrements de la CENI, en particulier ceux des sous-préfectures. Cet acte est contraire à la pratique  puisque, il y a quelques semaines, la même CENI avait envoyé les listes des démembrements régionaux et départements au Comité de Suivi et d’Appui de l’Accord politique du 13 août, pour avis. Dans la même logique, la CENI se devait de soumettre les listes de démembrements sous-préfectoraux au CSA qui devait en vérifier la conformité avec les noms fournis par les deux parties prenantes, à savoir le MPS et ses alliés d’une part, et les partis membres de la CPDC, d’autre part.

 

La CPDC, lors de l’examen des listes des démembrements régionaux et départementaux, les avait expurgées de dizaines de noms  de militants non issus des partis de l’opposition  ou qui s’y étaient subrepticement glissés, à des fins inavouées. Aujourd’hui encore, la CPDC est alertée par ses bases qui lui signalent des anomalies sur les listes des démembrements sous-préfectoraux, et elle s’est préparée en conséquence pour apporter les corrections nécessaires.  Nul n’ignore le rôle prépondérant des CENI sous-préfectorales dans notre architecture électorale, puisque ce sont elles qui gèrent au quotidien les élections à la base. Nous sommes donc en droit de nous interroger sur cet acte de la CENI qui, ajouté à d’autres, pourraient semer le doute sur le processus démocratique.

 

En effet, depuis décembre 2010, avec le démarrage de la mise en place des démembrements, il  nous a été donné de constater plusieurs dérives : les tentatives de l’Administration de s’ingérer dans la machine électorale sont nombreuses et encore vivaces, tandis que certains démembrements de la CENI se livrent ostensiblement et illégalement à des activités courantes, avant même la confirmation par un acte de la puissance publique et  la prestation de serment de ses membres. Ainsi, à N’Djaména comme dans certaines localités de province, les CENI locales ont-elles déjà choisi les sites de recensement ou recruté à l’avance des agents recenseurs.

 

De ce qui précède, la CPDC exige le gel du décret relatif aux démembrements sous-préfectoraux  de la CENI jusqu’à son examen préalable par le Comite de Suivi et d’Appui, et souhaite que la CENI ne contribue pas davantage au désordre qui risque de compromettre le processus électoral, faute de quoi, elle prendra les décisions qui s’imposent.

 

 

 

N’Djaména, le 4 avril 2010