Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 groupe music 

Cliquez pour agrandir l'image et lire le texte

 

Comment le président tchadien est-il devenu l’un des plus grands criminels de la planète ?

 

Beaucoup de tchadiens ou d’observateurs de la politique tchadienne sont d’emblée convaincus d’une chose : Deby tient à être le seul maître de ce grand et riche  territoire afin de mieux se servir, servir son clan Zaghawa et l’ensemble de son système mafieux. Et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Quitte d’ailleurs à évincer tous les pions de l’échiquier politique tchadien. Sans exception. Une soif ou plutôt une faim insatiable du pouvoir qui lui vaut un diagnostic plus qu’inquiétant : la boulimie sanguinaire (Nabila Hamdani).

Ahmat Zéïdane Bichara/ Regards d'Africains de France.

Prix Lorenzo Natali

 

 

Pour  se hisser au stade actuel,  Idriss Deby Itno est passé en un temps record d’un esprit de « libérateur de son peuple » avec le fameux slogan : « je vous apporte ni or, ni argent, mais la liberté »  du 1er décembre 1990 à un esprit de « dépouilleur d’âmes », un véritable prédateur. Il a réinstauré progressivement la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS), l’ancienne police politique du dictateur Hissein Habré, aujourd’hui exilé au Sénégal en transformant uniquement l’appellation Agence Nationale de Sécurité (ANS). En revanche, malgré les bonnes intentions perceptibles dans les discours des nouvelles autorités du pays, rien n’a fondamentalement changé dans le fonctionnement de cet appareil répressif du pouvoir. Les méthodes employées pour liquider physiquement et politiquement les opposants n’ont guère varié. Fausses accusations,  actions sanguinaires et tortures immorales,… Des moyens très différents qui poursuivent un même but : éliminer  tous ceux qui constituent un obstacle  de près ou de loin au régime. Fidèle à lui-même, Iddriss Déby utilise les mêmes méthodes…tout en les amplifiant tous les jours sur l’ensemble du territoire tchadien

Le pacte du diable

 

Depuis le premier décembre 1990, date de sa prise du pouvoir par les armes  jusqu’à nos jours, Idriss Déby a réussi à arriver au bout de sa sale besogne  en liquidant d’abord les têtes gênantes de ses frères d’armes, c’est-à dire ceux qui ont contribué efficacement à la chute  du régime dictatorial  de son ex-patron Hissein Habré (puisqu’il a occupé pendant longtemps le poste du chef d’état major avant de prendre la clé des champs) avant de se tourner vers ceux qui se sont affichés opposants à son idéologie politique similaire à celle d’Adolf Hitler dans Mein Kampf (traduisez mon combat ), depuis son accession  à la tête de l’Etat tchadien. D’aucuns vous diront que le fils d’Itno est entré dans une secte occulte  afin de bénéficier des puissances surnaturelles, de forces  invisibles et criminelles l’aidant à trancher la gorge de toute personne voulant  renverser son pouvoir.  Est-il obligé d'arriver au bain de sang pour se maintenir pendant  longtemps au pouvoir  au prix  d’un  pacte conclu avec  certains démons ou Djinns? Sachant surtout qu’il ne restera jamais à vie à la tête de ce pays. Non, bien sûr ! A l’opposé, sous d’autres cieux comme au Ghana, au Benin, en Afrique du Sud,  et au Sénégal, les présidents de ces pays  gouvernent uniquement  sur la base de la confiance  établie entre eux et leurs peuples respectifs. Ainsi la fameuse déclaration  « je vous apporte ni or, ni argent, mais la liberté » trouve toute sa valeur. On appelle ça autrement démocratie participative et progressiste. Une telle gouvernance n’est-elle  pas possible au Tchad dont les découvertes archéologiques en font  le berceau de l’humanité ? De quoi avons-nous besoin aujourd’hui  pour arriver à convaincre Idriss Deby  et son clan qu’il est possible de gouverner sans commettre de crimes politiques ? Les mains tendues  des tchadiens, de l’ensemble de la classe politique et de la société civile avec justement le concours des puissances étrangères traduisent la volonté unanime de vouloir tourner la page des années sombres de ce pays.

 boom56.jpg

 

Idriss Déby, le boulimique

 

Pour en arriver à une réconciliation sincère de tous les fils du Tchad avec leur gouvernement, malgré les nombreux obstacles, puisque le président tchadien a atteint un niveau très élevé de cruauté et de perversité politique  qu’on peut qualifier de boulimie sanguinaire. D'une part, Deby devrait se faire soigner par des médecins spécialisés  et rappeler à l'ordre son clan et d'autre part, la France devrait encourager tous les tchadiens à trouver collectivement la voie de la réconciliation au lieu de soutenir contre vents et marées un dictateur honni par son peuple. Mais qu’est-ce qu’une boulimie et une boulimie  politique et sanguinaire ? On entend par boulimie un désir irrépressible de se nourrir. Faim  qui amène à une consommation excessive d’aliments.  Les causes peuvent être purement physiologiques et peut-être dues à des troubles de la personnalité.  Sur ce point, les choses ne sont pas  assez inquiétantes et dangereuses, puisqu’elles ne s’arrêtent que sur les aliments ou d’autres biens consommables et cela n’attente pas encore à la vie d’autrui.  Les choses deviennent très dangereuses quand la boulimie passe des simples aliments, à la politique, voire à la vie des populations  dont dépend directement la personne atteinte de ce qu’on peut qualifier d’un comportement physique et psychologique. Là, on rattache le comportement de la victime à un besoin d’affection qui a été  frustré  dans la petite enfance, en particulier. Par contre, les causes  des troubles d’une boulimie politique et sanguinaire sont très difficiles  à définir et partant à guérir.  Et c’est là où les choses font peur quand cela a des conséquences très négatives sur la victime qui se voit imposer  un comportement immoral comme le cas  actuel  du président Idriss qui ne cesse de balayer tout sur son passage, même les mouches qui bourdonnent autour de ses oreilles pour satisfaire sa  grosse faim. Idriss Deby est-il atteint d’une boulimie politique et sanguinaire ?  

  

Idriss Déby, Hissein Habré, des détraqués politiques

 

Si psychiquement ses médecins traitants tentent de prouver le contraire, ils manqueront toujours d’arguments pour soutenir leurs thèses, puisqu’ils seront toujours trahis par les actes que leur patient pose au quotidien rendant beaucoup de familles orphelines de pères, de mères ou les deux à la fois.  Et cela remonte sûrement à son enfance frustrée ou encore de son groupe ethnique zaghawa pendant longtemps frustré par les autres groupes ethniques. Ce sont donc  les conséquences d’un passé lointain qui causent du tort à la République du Tchad. Quelles sont les  démarches à  faire aujourd’hui pour  que demain, l’ensemble des populations vivent en parfaite harmonie  avec les Zaghawa qui sont animés clairement par un esprit revanchard voulant faire payer à tous les tchadiens ce qu’ils ont subi. Ils se permettent tout. Pour la simple raison peut être qu’ils ont le pouvoir et l’argent aujourd’hui.  Difficile de comprendre le fond de leurs pensées. Quand on jette un regard rétrospectif sur le passé d’Hissein Habré, son enfance n’a pas du tout  été facile  et son groupe ethnique les Anakhaza(groupe de Gorane toubou)  sont les mal aimés du Borkou Ennedi-Tibesti à l’époque. L’ex-président tchadien s’est battu à la recherche de son identité d’où cette vengeance planifiée qui  n’a épargné aucun tchadien pendant son règne, même les chiens errants en étaient victimes. Il arrivait à Habré de perdre même conscience et d’en devenir fou  à cause de sa boulimie politique et sanguinaire. Après l’attaque des rebelles à Ndjamena en février 2008, Idriss Deby a décidé de couper même les grands arbres de la capitale qui l’empêcheraient d’après lui de nettoyer les rebelles.  C'est bien triste et inconcevable que la  République du Tchad  soit toujours gérée  par des malades mentaux qui s’ignorent et  ne sont jamais gênés d’avoir les mains sales jusqu’aux coudes selon l’expression de l’écrivain Jean-Paul Sartre tirée de son livre " les mains sales." C’est donc la boulimie politique et sanguinaire qui est en grande partie responsable de la situation actuelle dont vivent les fils des Sao. Ce qui inquiète  c’est que l’on ne sache pas jusqu’où cette boulimie politique et  sanguinaire qui frappe Idriss Deby Itno  conduira-t-elle  les Tchadiens ? A vos plumes, car le débat vise à trouver les solutions adéquates au mal qui ronge le pays.