Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

images

 

  N'Djamena accuse les médias français de "lynchage" du président Deby

La présidence tchadienne a accusé jeudi les medias français de se se livrer "à un lynchage médiatique" du président Idriss Deby Itno, qui ne s'est pas rendu au sommet de la francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre.

"Les autorités tchadiennes constatent que depuis un certain temps, les médias publics français (. . . ) se livrent à un lynchage médiatique de la République souveraine du Tchad, à travers la personne de son président de la République", a affirmé le directeur général de la Communication de la présidence tchadienne Dieudonné Djonabaye à la radio nationale jeudi.

"Le président Deby aurait, selon ces médias, boycotté le 14ème sommet de la Francophonie, liant cela à une rencontre entre les présidents français et tchadien prévue et non tenue le 8 octobre 2012 à Paris", a affirmé M. Djonabaye.

"Les services de la présidence tiennent à préciser que cette campagne n'a d'autre dessein que de discréditer les institutions républicaines tchadiennes et de nuire aux bonnes relations tissées par l'histoire entre les deux pays (Tchad et Farnce)", s'indigne-t-il.

La présidence "rappelle que le président Idriss Deby était à Mongomo (Guinée équatoriale pour la fête nationale) en réponse à un engagement pris bien avant le 12 octobre. Mais la Francophonie n'a pas été négligée pour autant puisque le Tchad a été représenté par le Premier Ministre (Emmanuel Nadingar) au sommet de Kinshasa", a expliqué Dieudonné Djonabaye.

Le président Deby s'est rendu mardi à Kinshasa pour y rencontrer le président Joseph Kabila. De nombreux observateurs ont vu dans cette visite juste après le sommet un geste symbolique montrant que le président Deby avait boycotté le sommet pour marquer son mécontentement vis à vis de François Hollande tout en se montrant solidaire du président Kabila, dont le régime a été critiqué par le président français.

 

Source: AFP