Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’ANECA entend faire la lumière sur la mort du jeune centrafricain en 5ème année de médecine à l’Université du Tchad

Un étudiant centrafricain à l’Université du Tchad est décédé dans des circonstances encore inconnues. La mort de ce compatriote dans un pays pourtant ami comme le Tchad apparaît comme un acte de banditisme qui aurait mal tourné. Le corps du pauvre a été rapattrié par les soins de l'ambassade de RCA au Tchad. Ainsi, c'est la famille estudiantine centrafricaine qui est en deuil, car Aristide Giranone, étudiant en 5ème année de médecine à l’Université du Tchad était en bonne voie pour achever ses longues études. La triste nouvelle a aussi été accueillie avec beaucoup de remords dans la famille du jeune homme, de même qu'au sein de la population centrafricaine en général. A ce sujet, l’Association nationale des étudiants centrafricains (ANECA) entend faire la lumière sur cette affaire. Contacté par la rédaction, son président M. Fleury Pabandji s’est dit consterné par cette triste nouvelle.

 

Pour l’instant, aucune autorité ne s’est encore prononcée sur cette histoire, et encore moins, le ministre d’Etat à l’Education supérieure et aux recherches scientifiques. Pourtant, au lendemain de l’annonce de la mort de l’étudiant centrafricain en phase terminale de ses études supérieures, les étudiants de Bangui ont gardé leur calme «sur ordre du bureau de l’ANECA» dit-on. Cette dernière se réserve le droit de se prononcer sur ladite affaire avant que toutes investigations ne soient menées. D'après M. Pabandji, des contacts seront pris avec l’ambassade de la République centrafricaine auprès de la République du Tchad, d'autres démarches seront aussi menées en étroite collaboration avec l’association des étudiants du Tchad avec l’implication des étudiants centrafricains au Tchad.

Ce n’est pas la première fois qu’un étudiant centrafricain perd la vie au Tchad. Le dernier cas date du mois de juin 2011 où deux étudiants centrafricains auraient été tués sur le campus de l’Université du Tchad. Ces faits remontent, à la suite des évènements du km5 (en mai 2011) lorsque les corps de deux enfants avaient été découverts et que les Tchadiens en Centrafrique avaient été pris à partie. Par «vengeance» dit-on, leurs compatriotes auraient tués ces innocents étudiants.

 Source: Journalbangui