Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Mise au Point de BRAHIM IRIG, Chef d’Etat Major du FPR
 

Par un communiqué datant du 17 Novembre 2011, Adoum Yacoub a pris une
décision unilatérale d’exclure le secrétaire exécutif du mouvement le Camarade Alio Abdoulaye brahim, pour simplement anticiper sa radiation du mouvement pour abandon de poste qui était encours. Nous considérons que cette décision est nulle et non à venue car individuelle et basé
c’est un chapelet de contre vérités :


1-            Il n’y a jamais eu de réunion de concertation des cadres politiques
et militaires du mouvement, et Mr Adoum Yacoub a tout simplement abusé des noms des militants du mouvement dont la plupart n’ont jamais eu de ses nouvelles  depuis plus d’un an et cela a été l’objet d’une requête que je lui avais adressé en date du ………  pour exiger une explication
de son abandon de poste.(voir….)

2-            Les camarades Abdelaziz Ahmad Kikigne, Habib Adam et Badour Abdelkarim ont adressé une demande d’explication dans laquelle ils demandent à Mr Adoum Yacoub de donner les raisons de sa disparition car il a rompu tout contact avec la base depuis plus d’un an et cet état de fait sclérose les activités du  mouvement  (voir PV  du


12/9/2011)

3-            La rhétorique d’accusations de complots  avec l’ennemi est une vielle chanson dont Mr Adoum Yacoub en est devenu un spécialiste depuis sa longue aventure
 
De ce qui suit,   les organes du mouvement et les comités populaires avaient déjà  entamé les démarches nécessaires en vue de son remplacement.  Ainsi par un acte malheureux de diversion il entreprend cette manœuvre voué à l’échec.

Mr Adoum Yacoub est belle et bien demis  de ses fonctions du président du FPRN et toute l’opinion en est à cette occasion informée, et ses actes n’engagent que sa personne.


Brahim Irig


Chef d’Etat Major du FPRN


18 Novembre 2011

 

 


**************************************
 

 

 

 

 

Correspondance du CEMGA du FPRN  en date du 8 Octobre 2011

 

Camarade Secrétaire exécutif du FPRN

 

Faisant suite à l’interpellation du Président par un message du CEMGA (dont copie vous a été faite) datée du 26 Aout 2011 relative à l’absence de tout contact avec l'intéressé depuis au moins 8 mois, message qui est par ailleurs resté sans suite, Je reviens par la présente vous faire état de nos graves préoccupations quand à l’impossibilité de joindre le président du mouvement par téléphone et de surcroit il ne répond pas à nos mail non plus, puisque je lui est déjà envoyé un premier courrier en date du 25 juillet 2011. Nous sommes confrontés à d’innombrables problèmes et cette situation de blocage nous cause un préjudice énorme. Il y a donc péril en la demeure.

Nous vous prions par conséquent d’intervenir pour trouver les raisons de cet abandon manifeste de responsabilité et de bien vouloir y remédier afin que les difficultés auxquelles notre base est confrontée puissent au moins être discutées et que des orientations urgentes soient données. Il en va de la vie du mouvement.

Comptant sur votre prompte réaction, recevez nos salutations cordiales.

 

 

Le Chef d’Etat Major du FPRN



 Brahim Irig

 

Le 8 Octobre 2011

 

 

                                       ****************

Procès verbal de la Réunion du 12 septembre 2011.

Liste de présence : Habib Adam, Badour Abdalkarim, Abdelaziz Kikigne et M. Mahamat Nour

Objet de l’ordre du jour :

1)

2--

3—

Pour ce qui est du 2éme  point le débat fut très animé et les interventions des uns et des autres se résument comme suit :

Le camarade Habib Adam:

Je constate  que depuis le départ des camarades vers Europe, nous assistons à une situation d’obscurcissement de la vie du mouvement qui se caractérise par une absence de stratégie politique et militaire du fait de l’ absence d’objectifs et d’orientations, dûs essentiellement à la rupture de contact du président du mouvement avec la base au terrain, avec les militants à Khartoum et semble-t- il même avec les camarades en France. Je constate également l’existence de divergences profondes entre les militants.

En définitive nous assistons à une situation de vide et de grippage de la machine FPRN.

Recommandations : +-demandons le rétablissement de contacts permanents du président et cela quelque soit la situation dans laquelle il se trouve parce que son silence ne trouve aucune justification  convaincante. La plupart de nous peuvent passer des mois sans avoir le moindre contact (simple appel téléphonique) avec le président.

                                      +-demandons au président de nous dire quelle est notre situation politique par rapport aux événements en cours au Tchad et en Libye. Le président a par divers canaux nous a assuré qu’il tient le bon fil.  Qu’il nous dise où en sont les choses et à quoi nous devons nous attendre en d’autres termes nous demandons  le bilan de ses activités depuis son départ du terrain.

 

Le camarade Badour Abdalkarim : Le camarade Habib a exprimé une bonne partie de ce que je voulais dire  j’en rajoute en constatant que  notre groupe a jamais cessé de travailler  mais la tête du mouvement est en état d’hibernation. Notre mouvement est sans direction, et je fais remarquer que pendant 8  mois il y a eu aucune orientation. Ce vide  à la  tête du mouvement  a eu pour effet une détérioration de cohésion qui constitue une menace grave des intérêts du mouvement.

Recommandation : +demandons une concertation régulière entre le président et la base.

                                      +demandons le bilan des activités du Président  sur la période de 8 mois

                                       +demandons les résultats des démarches qu’il dit avoir entreprises

 

Le camarade Abdelaziz Kikigne:   Je constate les manquements suivants :

Une désorganisation de nos structures, une absence manifeste de ligne de conduite, une fuite de responsabilité, le non respect des normes  et de nos textes.

Recommandations : + Le président doit prendre ses responsabilités prévus par les textes

                                       +il doit informer le Bureau exécutif de manière régulière

                                       + je réclame une réorganisation du BE dont le mandat ne doit pas dépasser 2 ans

                                       +je demande que les taches de chaque responsable soient définies

Le Camarade  Mahamat Nour : je suis le tout dernier militant à rejoindre le FPRN et la raison principale de mon adhésion fut la cohésion du groupe, la détermination de ses membres, le travail d’équipe et le débats démocratique dans les réunions du mouvement. Malheureusement depuis le départ des camarades vers l’Europe je constate que les contacts sont rompu particulièrement  avec le président qui est introuvable, d’ où nous assistons à un blocage car il n’y a pas de concertation, pas d’orientation nous ne savons pas ce qu’il fait et à chaque fois il dit que son silence s’explique par des raisons de sécurité. De quelle sécurité il s’agit la notre ou la sienne ?

 Il y a réellement un problème de cohésion car des voix discordantes montent tous les jours d’où l’unité du mouvement est menacée et cela est la limite à ne pas franchir. C’est sacré.  Je constate qu’ il n’y a plus de travail d’équipe, plus de  débat simplement, et donc on est face à un blocage complet.

Il faut une nouvelle dynamique pour recadrer les choses si non c’est la fin.

Conclusion : toutes les interventions soulèvent de questions adressées directement au président du mouvement auxquelles nous attendons de réponses claires pour booster les activités du mouvement.

Les Divers : les camarades ont échangés les informations  sur la situation au pays et dans les pays qui ont une incidence sur la situation au Tchad