Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

GADAYE.jpg

Dr Ali Gadaye, ancien ministre.

Il est aujourd'hui, en exil et anime

une chronique politique sur le Tchad.

 

Après une période de flottement de la lutte contre la dictature imposée par Deby au peuple tchadien, la diaspora tchadienne reprend du service. En effet, l’inclinaison de Deby devant le Président soudanais Al Béchir lors de sa visite à Khartoum en Janvier 2010, lui a permis d’obtenir la neutralisation du front est de la rébellion armée tchadienne. Les conséquences de cette situation ont obligé l’opposition armée à revoir profondément sa stratégie de lutte. Une suspension des activités armées s’est imposée. Cette période de trêve est en train d’être exploitée pour élaborer une nouvelle stratégie militaire pouvant déterminer des nouvelles formes de lutte adaptées à la nouvelle donne. Ce temps mort a fini à juste titre par exaspérer. Car, Deby annonce à qui veut l’entendre « que la guerre est terminée au Tchad. Désormais, il gouverne un Tchad pacifié. Il s’agit d’un nouveau tournant dit-il. C’est l’émergence d’un Tchad nouveau ; l’an I de l’Etat de droit au Tchad (sic) ».

Il oublie cette évidence élémentaire que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Tant que l’injustice, la confiscation des libertés fondamentales, l’étouffement de droit de l’homme demeurent à l’ordre du jour d’une part, l’absence d’une véritable armée républicaine et une force de sécurité au service du peuple et enfin le bannissement de violence, de l’intimidation et de l’élimination physique des opposants politiques gênants ne relèvent pas d’un passe révolu d’autre part ; le Tchad ne connaîtra jamais la paix, la stabilité et la sécurité.

L’injustice, la marginalisation de la force montante et surtout l’impression donnée aux jeunes qu’ils sont abandonnés à eux-mêmes, les obligent à choisir sans aucun doute les affres de la guerre à la famine, à la maladie bref à se complaire dans la négation d’une vie décente.

Cette parenthèse de structuration de l’opposition armée a pris l’allure d’une somnolence. C’est pourquoi la diaspora tchadienne a décidé de mettre à sa façon un terme à cette trêve.

En effet, un groupe des patriotes mus par le souci d’opposer un refus catégorique à la tentative de Deby de perpétuer son implacable dictature, s’est retrouvé à Paris. Les participants ont procédé à une analyse sans complaisance de la situation politique au Tchad. La conclusion à laquelle ils sont parvenus est sans appel. Contrairement à toute attente, politiquement le Tchad a plutôt reculé. Pour étendre son emprise sur ce pays et prendre son peuple en otage, Deby a réussi grâce à l’intimidation, à la corruption et à des fausses promesses, à scléroser l’opposition politique. Il tente par ailleurs d’enterrer définitivement l’opposition armée.

C’est dans ce contexte que ces camarades de la diaspora ont tenté de proposer des pistes relatives à des nouvelles forces de résistance face à la dictature. Ils refusent la fatalité et ils sont convaincus d’une part qu’un sursaut face à l’inertie déconcertante qui sévit actuellement au Tchad est possible. D’autre part, porter un coup fatal à la tyrannie est à la portee de la main. Il suffit de bien tourner le ménage pour trouver les voix et moyens qui permettent de terroriser la dictature, la faire plier et y venir à bout.

Le groupe des patriotes qui a lancé cette initiative devrait mesurer l’importance de sa mission. En effet, il vient de redonner espoir à leurs compatriotes et ils sont censés savoir que l’attente du peuple Tchadien de cette démarche est de taille.

Ils devraient surtout s’appliquer à mettre en l’exergue le vrai visage du régime qui piétine les libertés fondamentales, viole systématiquement le droit de l’homme, développe la gabegie et la renie la bonne gouvernance.

Ces défauts côtoient une arrogance de Deby qui s’est toujours vanté de ne pas avoir été débarqué à la tête de l’Etat Tchadien par un billet Air Afrique mais il y est parvenu par le bout du fils. Autrement dit il ne peut concevoir un autre procédé de débarquement du pouvoir en dehors de la violence. Cette attitude doit être portée à la connaissance de l’opinion mondiale. Celle-ci doit savoir que la guerre au Tchad est bel et bien le fait de Deby qui se croit investi d’une mission divine au Tchad.

Les sacrifices consentis jusque là par le peuple tchadien doivent plutôt lui ouvrir des perspectives d’une vie meilleure dans laquelle la dignité de l’homme tchadien constitue le centre de gravité. En conséquence le Tchad ne servira jamais de nid à une quelconque dictature et ce, quelque soit le prix que les tchadiens doivent payer. Nos concitoyens aspirent à la paix, à la stabilité, à la sécurité, à la justice, à l’égalité et surtout au strict respect de leur dignité. C’est pour ce Tchad que la lutte contre la tyrannie trouve tout son sens.

 

 

Fait le 27/01/2011

Dr. Ali Gaddaye