Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ALIOUNE RFI

Déclaration

 

Massacres des populations  Libyennes :Urgence d’un sommet extraordinaire de l’UA  et impératif de la responsabilité de protéger

 

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) exprime sa profonde indignation face à l’utilisation d’une  violence disproportionnée,  aveugle et cruelle qui se manifeste par l’usage de balles réelles, d’armes lourdes et de bombardements aériens qui s’abat sur des populations libyennes qui manifestent pacifiquement pour le respect de leur dignité, de leurs droits fondamentaux et contre la confiscation du pouvoir et la corruption.

 

Aujourd’hui, pour le dictateur libyen, sa famille et son clan,  tous les moyens sont bons pour s’agripper au pouvoir et pire, les déclarations du fils, Seïf Al-Islam, sont de ce point de vue sans ambigüité, et méritent d’être sérieusement traitées par la communauté africaine et internationale et notamment par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et la Cour Pénale Internationale (CPI)  qui doivent impérativement agir avant qu’il ne soit trop tard. Les crimes de masses commis délibérément par le dictateur aux abois,  ses milices  et ses mercenaires, posent avec beaucoup d’acuité la question relative à la Responsabilité de Protéger le peuple libyen.

 

En effet, depuis le 15 février dernier, le peuple libyen à l’instar de ceux de la Tunisie, de l’Egypte, de Bahrein, du Yemen, d’Algérie et du Maroc, sont  dans les rues et  manifestent contre des dictatures corrompues régnant des décennies durant sur des Etats devenus leur propriété et confondus à un patrimoine familial, clanique  et/ou  tribal.

 

La RADDHO est très fortement préoccupée par le silence et l’inaction de l’Union Africaine (U.A) et des Chefs d’Etats Africains face à la situation qui prévaut en Libye et surtout le Maghreb arabe dont les implications géostratégiques dans la sous-région, sur le continent et sur le fonctionnement des institutions de l’organisation panafricaine, sont totalement  imprévisibles du fait même de l’influence politique et économique du Colonel Khadafi sur une bonne partie de pays du continent.

 

La RADDHO :

-          Condamne énergiquement la répression aveugle et cruelle dont les populations libyennes qui contestent pacifiquement pour le respect des droits fondamentaux de l’homme, de la dignité humaine et de la justice sociale ;

-          Demande à Mommar El Khadafi de cesser immédiatement le massacre des populations civiles et  d’engager  sans délai le dialogue  avec son opposition pour trouver les voies et moyens de quitter le pouvoir dans la dignité et l’honneur, s’il en reste ;

-          Appelle l’Union africaine, la Ligue Arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à se démarquer clairement du dictateur Khadafi, en condamnant sans ambigüité le massacre perpétré sur le peuple libyen et en exigeant  l’ouverture d’une enquête internationale par les institutions africaines et internationales les plus appropriées ;

-          Interpelle les chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union africaine pour qu’un sommet extraordinaire soit convoqué d’urgence afin d’examiner la situation en Libye, Egypte et en Tunisie, mais surtout leurs implications géopolitiques sur le continent et sur les institutions panafricaines ;

-          Invite le Conseil de Sécurité et la CPI à engager dans les meilleurs délais  des actions concrètes les plus appropriées pour que les crimes contre l’humanité ne restent pas impunis.

 

Fait à Dakar, le 22 février 2011

Le Président Alioune TINE

Cliquez: ICI