Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communqué de presse du Général Baba Laddé

 

 

Vu que la junte militaire au pouvoir à Bamako n'a toujours pas remis le pouvoir aux civils, le mouvement de la résistance tchadienne "Front Populaire pour le Redressement" (FPR), le mouvement centrafricain "Parti pour la Justice et le Développement - Forces Armées Révolutionnaires de Centrafrique" (PJD-FARCA) et moi-même le Général Baba Laddé, appelons les militaires maliens qui sont attachés à la démocratie, les Peulhs et autres ethnies du Mali, ainsi que nos frères du Ganda Iso à ne plus sombattre contre le Mouvement National de Libération de l'Azawad (MNLA) et contre Ançar Dine, ainsi que de pratiquer une grève générale illimitée.



Cela ne veut pas dire que le FPR et le PJD-FARCA s'associent aux revendication du MNLA et d'Ansar Dine, mais nous appelons les Maliens à ne pas sacrifier leur vie pour la dictature d'Amadou Sanogo et réclamer par ces actions le retour de la démocratie à Bamako.

Frères Sénoufos, Malinkés, Bambaras, Soninkés, Bozos, Dogons, Khassonkés, Bobos, Miniankas, Bwas, les circonstances font que les frères du Nord, Touaregs, Songhaïs, Peuls, Maures et Arabes  subissent la guerre et doivent aujourd'hui choisir s'ils veulent rester Maliens ou créer l'Azawad. Il ne faut pas que vous interveniez par les armes pour imposer l'état malien, qui est depuis le 22 mars une dictature militaire.

Il faut donc frères maliens, que vous manifestiez le souhait qu'un référendum d'autodétermination soit organisé dans les régions de Kidal, Tombouctou et Gao.



Et tous, gouvernement comme indépendantistes, devront accepter le résultat des urnes quel qu'il soit. Que le peuple choisisse l'indépendance de l'Azawad, l'autonomie du Nord-Mali dans une fédération ou bien une république unitaire dirigé par Bamako.

Voilà la seule solution pour que la paix et la démocratie revienne au Mali.

La même question devra se poser en Libye si les exactions contre nos frères Toubous reprennent.


                                                 Général Baba Laddé