Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ASSILECK
M.Mahamat Assileck Halata,
Tchadanthropus.

Le réchauffement des relations entre le Tchad et le Soudan, continue à susciter à travers des médias des réactions contrastées dans les rangs de l’opposition tchadienne aussi bien sur place qu’en exil.

Ce matin, les auditeurs tchadiens et soudanais ont dû suivre sur Rfi à l’émission «  Appel sur l’actualité » de Juan Gomes, M.Mahamat Assileck Halata qui dirige le site en ligne « Tchadanthropus ».

M.Assileck est  intervenu pour revenir sur la normalisation des relations entre Ndjaména et Khartoum,marquée symboliquement par la visite du dirigeant tchadien Idriss Deby arrivé personnellement dans la capitale soudanaise pour sceller la réconciliation.

Mais de l’avis de l’opposant tchadien Assileck Halata, rien ne garantie la solidité absolue d’un tel accord sans fondement ni volonté réelle du régime  tchadien de faire la paix avec Khartoum en occultant l’opposition armée tchadienne qui, à maintes reprises en a exprimé sa disponibilité à une approche négociée du différend politique tchado-tchadien.

M.Halata estime que les échéances électorales au Tchad et au Soudan, seraient, selon ses analyses de la situation à la base de ces négociations entre les deux pays qui souhaiteraient que ces élections se déroulent dans un climat apaisé rassurant la communauté internationale et les partenaires au développement.

 Du point de vue de M.Assileck  que   les deux régimes ont intérêt  de faire semblant de normaliser leurs relations alors que sur le terrain les choses se passent autrement.

Par ailleurs, M.Mahamat n’est pas passé par le dos de la cuillère pour incriminer Ndjaména pour son soutien continue au principal groupe du Darfour notamment le MJE du Dr Khalil Ibrahim, véritable poison et abcès de fixation du régime de Khartoum.

Pour M.Assileck,  tant que le MJE bénéficie de l’indéfectible appui militaire, politique et diplomatique des autorités tchadiennes dans leur composante globale, aucun accord de paix n’aura un contenu sérieux et respecté par toutes les parties concernées par ces conflits qui sévissent dans la sous-région.

Aussi, ajoute-il, que les rebelles tchadiens, le régime soudanais et tchadien y compris les groupes rebelles du Darfour sont bien conscients de la fragilité des accords signés et paraphés ici et là par Idriss Deby et Oumar Hassane El-béchir qui ne sont jamais allés aux bouts de leurs logiques de ramener la paix d’abord à l’intérieur de leurs propres pays à travers des concertations nationales consensuelles et acceptées par tous.

 

Propos commentés par la rédaction du blog de makaila.