Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

HCR.gifL’arrestation à Lomé au Togo par les autorités de ce pays de connivence avec Idriss Deby, de M.Hassane Fadoul Khidir,  réfugié politique tchadien, reconnu par le Haut Commissariat aux  réfugiés  de l’ONU,  constitue un précédent dangereux  à notre avis et  une grave infraction portée aux principes et règles qui régissent le droit humanitaire international.


En effet,  après le sommet de  Organisation pour l’Hamonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) , tenu à Ndjaména, plusieurs observateurs tchadiens et étrangers, ont pu remarquer le couple Deby/Faure, main dans la main, ce qui a permis aux uns et aux autres de déceler ce qui allait se tramer, par la suite.


Aujourd’hui, l’interpellation par les autorités togolaises de M.Hassane Fadoul, traduit clairement la volonté du pouvoir d’Idriss Deby, de décapiter l’opposition tchadienne en exil, par le truchement  des  voies  de recours et tentatives policières occultes.

Nombreux sont les témoins  les plus éclairés qui n’hésitent pas à comprendre aisément la problématique  liée aux enlèvements, arrestations arbitraires, extraditions vers leurs pays d’origines de certains opposants ou leurs  exécutions extrajudiciaires par  des dirigeants du pouvoir en place.

Le cas de M.Fadoul, illustre parfaitement la difficulté inhérente  à la protection  humanitaire effective  au plan international dans les pays  africains et le reste du monde.

Encore, une fois de plus, on s’interroge : que peut-on reprocher à M.Hassane Fadoul Khidir, qui, titulaire du  statut de réfugié politique, vit à Lomé dans le respect et les limites qui lui sont reconnus ?


Là est la question à laquelle, on doit se poser pour mieux cerner la chose.

Si en six(6) années de séjours réguliers et sans histoire à Lomé, les autres togolaises n’avaient  rien à reprocher à  M.Fadoul, il va s’en dire que ce n’est pas aujourd’hui, qu’elles doivent le faire, s’il n’y a pas à la base une motivation politique.


Pour nous, défenseurs des droits de l’homme, il est inadmissible que les gens laissent Idriss Deby, transgresser allégrement  les règles et les droits de l’homme dans un déni absolu des mécanismes sous-régionaux, régionaux et internationaux, signés et ratifiés par le Tchad.


Notre blog interpelle toutes les parties concernées au respect strict de leurs engagements internationaux, pour que règnent la justice et le droit.


A cet effet, nous  lançons un appel urgent à la délégation régionale du Haut Commissariat pour les Réfugiés et au  Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU à Dakar (Sénégal), y compris d’autres structures travaillant dans le même sens ,  d’intercéder le plus rapidement possible auprés des autorités togolaises, pour empêcher toute extradition vers le Tchad de M.Hassane Fadoul Khidir, dont la protection et la sécurité relèvent de la compétence et de la responsabilité  de la communauté internationale.


La responsabilité sera lourde de conséquence pour toute extradition vers le Tchad de M.Fadoul Khidir et des membres de sa famille, et cela constitue à notre entendement, une violation flagrante et sans précédent par le Gouvernement tchadien et togolais de la Convention de Genève du 28 juillet 1951,  relative au statut  des réfugiés politiques, des apatrides et des exilés.

Ainsi, les autorités tchadiennes comme togolaises ne peuvent donc se dédouaner de ce qui arriverait à M.Hassane Fadoul Khidir ou à sa famille, au cas où leurs droits sont violés.


Makaila Nguebla