Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



BLOC POUR LE RENFORCEMENT

DE LA DEMOCRATIE AU SENEGAL

Paix – Unité - Développement

LETTRE OUVERTE AU PEUPLE SENEGALAIS : PLAINTE POUR NON ASSISTANCE A PEUPLE EN DANGER

 

L'hémodialyse est une méthode d'épuration du sang par la création d'un circuit de circulation extracorporelle et son passage dans un dialyseur.

Cela permet 3 choses vitales pour le patient atteint d'insuffisance rénale :

1.     Retirer du sang les déchets produits par l'alimentation ;

2.     Équilibrer le bilan électrolytique sanguin ;

3.     Éliminer le surplus d'eau.

Chez un sujet sain, tout ceci est normalement réalisé par les reins 24h/24. Or, les insuffisants rénaux n'ont plus de rein fonctionnel. L'hémodialyse vient donc en remplacement, en moyenne lors de 3 séances de 4h par semaine.

Ce traitement se poursuivra à vie ou jusqu'à la transplantation d'un rein.

Les insuffisants rénaux chroniques en phase terminale traités par hémodialyse n'urinent plus ou très peu. Ils accumulent donc l'eau qu'ils ont ingérée par l'alimentation (eau, soupe, café, yaourt, etc...) et les déchets organiques qui ne sont plus filtrés. C'est cet excédent d'eau et de déchets qu'on élimine grâce à l'hémodialyse. Si on ne le fait pas, une partie de cette eau passe dans la circulation sanguine et augmente la pression artérielle et ce jusqu'à l'œdème aigu du poumon. Les déchets empoisonnent le sang. La mort devient inévitable.

Sans parler des hypertendus au Sénégal qui vont évoluer à terme vers une insuffisance rénale, les insuffisants rénaux identifiés que l’état sénégalais va laisser mourir en 21010 sont au nombre de 15000.


En Mauritanie, la dialyse est entièrement prise en charge par l’Etat Mauritanien.

Au Mali et au Burkina, la dialyse est à 5000 Frs CFA, ce qui revient à  40.000 frs Cfa par mois soit 480.000 Frs Cfa par an.


AU SENEGAL, LA DIALYSE EST A 60.000 FRS CFA PAR SEANCE, SOIT 480.000 FRS  PAR MOIS, OU 6 MILLIONS PAR AN. LE MALADE SENEGALAIS PAIE MENSUELLEMENT POUR SE TRAITER CE QUE LE MALADE MAURITANIEN PAIE PAR AN.


C’est insupportable que l’état sénégalais se remplisse les poches sur la santé de son peuple.

C’est insupportable que l’état sénégalais soigne le sénégalais à 500.000 Frs par mois là où l’état mauritanien assure la gratuité de ces mêmes soins.

C’est incompréhensible que l’état sénégalais donne la primauté à une statuette d’obédience franc-maçonnique par rapport à la VIE de 15.000 sénégalais.

 

Cet état qui dirige et qui donc doit savoir prévoir, ne sait même pas que cette maladie est héréditaire et que les diabétiques ainsi que les hypertendus sont des potentiels insuffisants rénaux.


Ma santé et celle de mon peuple sont confiées à un premier ministre qui fait semblant de savoir ce que sont cette maladie et ses coûts social et familial alors qu’il est complètement à coté de la plaque Que dire alors de l’actuel Ministre de la santé qui n’inspire nullement confiance et à qui il faudra donner des cours ?

Beaucoup de malades mouront avant que ces autorités ne comprennent l’étendue du désastre.


Avec 14 milliards, c'est-à-dire le coût d’une statuette, le Sénégal peut créer 14 centres de dialyse de 100 lits et donc traiter journalièrement 7000 malades.

La manne financière de cette opération à raison de 5000 Frs pas séance de dialyse serait de 3 milliards, 360 millions par an.


Résultat social, résultat économique, résultat financier, création d’emploi, résultat humain, reconnaissance éternelle, immortalisation : Jamais la statuette ne pourra engendrer de tels résultats.

Mais pour cela, il faut avoir de la vision et de la hauteur, mais surtout, aimer le Sénégal et les sénégalais. 


C’est pour ces 15.000 sénégalais qui vont mourir que le BRDS invite le peuple sénégalais à se mobiliser pour alerter la communauté internationale et éventuellement déposer aux Nations Unies, une plainte pour non assistance à peuple en danger, contre l’état sénégalais.

 

Le secrétaire général du BRDS pour et parmi ceux qui vont mourir :

El Hadj Hamidou Diallo

 


VILLAS 12 ET 14 RUE NIARD, SICAP RUE DIX, DAKAR, SENEGAL.

 

B.P 5181 , DAKAR-FANN, TEL : 221 33 868 42 48, CEL : 221 77 444 21 94, e-mail : partirds@yahoo.fr.

RECEPISSE N°12044/MINT/DAGAT/DAPS