Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Il ne me serait pas venu à l’esprit de t’écrire cette lettre si je n’avais pas d’estime pour toi. Estime justifiée d’une part par tes différentes prises de position passées sur divers sujets que je trouve   osées mais qui ont néanmoins  l’outrecuidance d’exprimer ce que tu penses réellement et que tu laisses éclore sans ambages. D’autre part,  je pense que certaines de nos idées se rencontrent, car il me souvient que tu as déjà pris ton temps pour accoucher un écrit dans le but de compléter le mien sur un sujet que je ne nommerais pas ici. C’est donc au nom de cette estime que je prends cette liberté de te contredire du moins  de te dire que tu as tort dans ta dernière sortie qui continue encore d’alimenter les passions sur la blogosphère tchadienne.

Je vais être direct avec toi car je n’ai nullement besoin de syllogisme : tu as pêché par absence de rigueur dans ton raisonnement à vouloir absolument justifier ce que tu voulais laisser entendre dans le titre de ton article. Je dis cela car je suis adepte du positivisme où l’énoncé d’une hypothèse pour aboutir à une conclusion que l’on veut exempt de contradiction doit nécessairement passer par l’examen. Je vais procéder par l’absurde pour te laisser voir  que ce que tu as voulu démontrer est aussi valable dans le sens contraire : c'est-à-dire, que ton article se serait intitulé le sudiste tchadien est plus tolérant que le nordiste qu’on trouverait des exemples pour étayer cette affirmation si on se place dans ta logique de raisonnement. Et permets-moi de ne pas m’abaisser à cet exercice. Car quoique je dirais pour justifier cette affirmation, je suis sûr d’une chose : je n’aurais pas contribué à un débat constructif car mes exemples auront l’adhésion de ceux qui se seraient retrouvés du bon côté, et j’aurais contre moi ceux qui se seraient sentis frustrés. Au final, j’aurais écrit un article qui  contribuerait à creuser davantage le fossé entre mes compatriotes.

 Pourquoi ? Eh ! bien, il est difficile de bâtir une argumentation soutenue à partir des épiphénomènes : il est absurde de dire, pour reprendre ton exemple, que le sudiste est plus intolérant  parce qu’il se trouve que les habitants d’un village du sud du Tchad, parmi la multitude des villages qui font le contraire, se sont donné le mot d’ordre de ne pas acheter chez le commerçant doum, chose par ailleurs impossible si on tient compte de la chaîne d’import des marchandises jusqu’à ce village, qu’il l’ est autant d’affirmer que le nordiste est plus intolérant car une fille en minijupe ne manquerait de se faire lyncher au quartier Diguel si on tient compte du fait que le commerçant nordiste résidant à Diguel ne se générait pas de vendre ce même minijupe au marché central…il faut prendre garde de fonder des affirmations lourdes de conséquence sur des actes isolés qui ne feront que la joie des extrémistes de deux côtés si on en trouve.

 J’ai l'habitude de dire à mes amis que la meilleure façon de secouer quelqu’un dans son raisonnement est de lui demander de fournir des exemples pour étayer sa thèse car dès lors qu’il se laisserait aller à cet exercice, il y aura toujours un malin qui lui trouverait un contre exemple pour l’amener à pécher si la base sur laquelle le raisonnement est construit  ne repose pas sur une hypothèse éprouvée qui transcende l’exemple.  Tel était le procédé du grand Socrate.

J’allais l’oublier, il est ici question de la tolérance qui, à ma connaissance, est l’acceptation de l’autre dans sa différence. Si on pose cette définition comme principe, il sera impossible de trouver un contre exemple.

 Restons donc dans les idées et éprouvons-les…alors, je te repose autrement la question de mon absurdité ; le nordiste tchadien est-il plus intolérant que son compatriote du sud ? Sur quels critères ? Selon quelles statistiques ? Pourquoi les bons exemples de deux côtés ne bénéficient-ils  pas autant de la généralisation ? Please, réécris ton article en tenant compte de mon questionnement.

Frère Macaoura, les grands principes ne naissent pas d’exemples, car ils sont immuables. Ils tombent du ciel comme la pomme de Newton ou ils sont le fruit de l’heureux hasard survenu à Flemming, c’est à l’observateur de se poser la  bonne question. J’espère que tu m’as compris.

Salut fraternel ! GDN

 

Contact: gdjinta@yahoo.fr