Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

000_par6084013-32543324.jpg
Que se passe-t-il dans la communauté des zagawa ? Selon les informations qui nous parviennent, rien ne va dans le cercle de ceux qui nous gouvernent. La trahison y est hérigée en règle de vie. Chacun s'en sert en espérant être hissé au sommet de la hiérarchie. Tout le monde y a peur. Les parents se méfient de leurs enfants ! Les enfants pensent que leurs géniteurs peuvent les trahir. Tous sont des délateurs au service du seul Idriss Déby Itno.
 
Dans ce bourbier, c’est le peuple qui en pâtit. Pourquoi nous devons toujours payer les pots cassés de leur incompréhension ? Le peuple souffre vraiment. Idriss Déby Itno, lui, s’en moque. Pour l’élection du président de l’Union africaine, il a dit qu’il a basé son choix sur le curriculum vitae. Autrement dit, intellectuellement, la Sud-africaine est plus bagagée que le Gabonais. Mais, quand on observe le CV  de M. Jean Ping, une réalité se dégage: il est plus cohérent et plus riche que celui de notre PR en personne et de la plupart de ses ministres ! Pourquoi Idriss Déby Itno ne s’inspire-t-il pas des CV pour nommer les responsables de son pays ? Deux poids, deux mesures ?
 
Son secrétaire d’État à la santé a nommé un des siens, une vraie calamité, au poste de coordonnateur adjoint du programme sectoriel de lutte contre le sida. Ce gars, un nullard de la pure espèce, prétend avoir fait ses études en France. Quand il s'exprime dans la langue de Molière, tout le monde baisse la tête. Il déchire la grammaire comme son promoteur au point où les gens se demandent s'il a vraiment été en France. Un jour il est s’est rendu à la banque pour vérifier les comptes du programme. Quand il a constaté que le compte était bien renfloué, il est revenu afficher ses ambitions : devenir coordonnateur du programme !
 
Maintenant, notre PR, au bout de son rouleau compresseur, pris dans son propre piège, doit organiser la transition pour céder sa place à un autre. Il en a les moyens. Il reste la volonté. C’est de cette manière seulement qu’il sauvera son pays auquel il dit avoir un profond amour. Le peuple ne veut plus de lui. Qu’il se serve de l’exemple de Me Wade.
 

La Rédaction