Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

deby-2.jpg

Vers une énième mascarade électorale au Tchad

 

Le gouvernement tchadien vient de signer et publier l’ordonnance instituant le recensement électoral général en vue des échéances électorales prévues pour 2010-2011(les locales, parlementaires et présidentielles etc.). Si la communauté politique au Tchad attendait cette annonce, le contenu et le timing de cette ordonnance font déjà des remous dans la case politique des Tchadiens. Alors, l’acte est-il une bonne volonté du président Idriss Deby de renforcer sa démocratie apportée aux Tchadiens ou bien une preuve d’instructions reçues dare-dare de Paris lors de sa tonitruante dernière visite médicale pour apaiser les esprits?

En effet, rien n’est vraiment préparer matériellement sur le terrain: recenseurs, partis politiques, sensibilisation de la population, délimitation des circonscriptions, outils informatiques etc. Pourtant il y a une commission électorale (CENI) mise en place depuis belle lurette à propos. Et il y a même des « partis politiques » sur le terrain qui font figure de participants à ce processus électoral. Mais dès l’annonce du démarrage de ce recensement cette semaine, des accrochages politiques semblent déjà être en l’air pour perturber cette nouvelle chance de voir émerger un Tchad démocratique. Comme quoi, on laisse toujours le parti au pouvoir (le MPS) et ses acolytes prendre le devant pour crier après au voleur. Ainsi, les Tchadien(ne)s sauront-ils choisir, cette fois-ci, entre le bulletin de vote, les armes, ou le pétrodollar pour ramener la paix et la démocratie dans leur pays ?

 

Toute élection se prépare et tout parti politique n’est pas créé simplement ou seulement pour participer aux élections dans un pays. Il y a un travail de fond à faire au sein d’un parti qui prétend représenter le peuple et prendre en compte ses doléances. Mais chez nous, au Tchad, les partis n’ont d’existence que pour les élections ou pendant la durée des élections, pas plus ! On se demande si les partis tels que le FAR, l’URD, l’UDR, UNDR etc. qui ont fait rêver des Tchadiens de tout bord sont-ils encore représentatifs ou politiquement en vie dans le pays. L’animation politique est une denrée rare au Tchad. Sinon comment prétendre battre un parti au pouvoir en Afrique tel que le MPS National dans un contexte si précaire. Ou bien les « leaders politiques » du pays souscrivent-ils déjà à la théorie du club des chefs d’États africains qui dit qu’on n’organise pas les élections (présidentielles notamment) pour les perdre ?

 

Aujourd’hui, le devoir civique et la conscience nationale ont disparu des préoccupations et soucis de la majorité des Tchadien(ne)s de l’intérieur comme de l’extérieur. Il y a forte chance que l’argent du peuple (le pétrodollar) soit dilapidé pour des résultats ou changements nuls à la fin de ces différentes échéances. Ce n’est pas du  pessimisme de ma part. Mais les constats et expériences du passé sont politiquement amers à accepter dans le contexte actuel au Tchad.

 

Les partis réunis au sein de cette coquille vide de CPDC n’existent que de noms et sur papier. La coordination est morte depuis 2008 pour ceux qui en doutent. La présence des partis membres de la CPDC dans la vie politique au Tchad constitue beaucoup plus une gangrène politique pour le gouvernement et les rebellions personnelles contre le régime de N’djamena. Car il n’y a aucune animation ou relation politique saine, patriotique ou encourageante de la part de ce regroupement moribond de partis pour influencer la politique nationale, les négociations de paix, ou faire des propositions concrètes dans ce sens au Rais du palais de Djambal Ngato. En plus, comme les Tchadiens continuent d’interpréter toute coopération, association ou collaboration avec le régime de N’djamena comme une capitulation ou trahison (de je ne sais quelque idéologie partagée), rien n’augure que les partis de la CPDC puissent se réveiller demain de leur mort ou strapontins pour contrer le régime MPS dans son incurie de mauvaise gestion politique des ressources et du pays. Tout le monde sait à quoi sert ce prétendu accord d’aout 2007 qu’on évoque tant dans le discours politique chez nous.

 

Aussi, si le peuple tchadien persiste-t-il à se complaire dans sa résignation vis-à-vis de la chose politique, il est dérisoire de prétendre aller aux élections cette année ou l’année prochaine. Car du Tchad en passant par le Sénégal, la France, les USA, le Canada et Brazzaville etc., ou bien partout dans la diaspora tchadienne, il existe nulle part un engouement sérieux pour l’organisation des élections libres et démocratiques dans le pays. D’ailleurs, beaucoup de Tchadien (ne)s se comportent en « indépendant(e)s » politique (s) - c'est-à-dire sans obédience politique ou attachement à un parti, mais plutôt un attachement ethnique et clanique saupoudré de réalités de survie personnelle. Dans ce contexte, sans la candidature d’un prétendant indépendant de taille aux présidentielles pour dissuader les uns et les autres du pétrodollar du MPS National et du choix des armes par les rebelles, le vote des Tchadien(ne)s tant de l’intérieur que de l’étranger sera difficile à obtenir ou à compter. Il y aura tellement de morcellement de voix au niveau ethnique entre les futurs candidats aux présidentielles que les démons de la fraude vont se délecter dans leurs officines en faveur du président à vie. Et ce n’est pas l’éternelle  France ou la Communauté Internationale qui viendra essuyer nos larmes de déception.

 

 Même si c’est le droit le plus absolu du peuple tchadien de participer aux futures élections présidentielles, il est préférable dans se contexte de se faire la paix et de penser ou réfléchir à un gouvernement d’union nationale pour économiser les maigres ressources du pays. Car aller à ces élections dans le contexte actuel d’absence de partis politiques (sérieux) et de pléthore de rebellions armées à l’est, c’est déclarer le MPS National et son président gagnants par acclamations ou accompagnement !! Autrement dit, que le peuple tchadien se réveille et s’organise pour sa victoire  contre les gourous de la fraude électorale.

 

Laounodji Mbairessem

Washington DC

laoumonzal@yahoo.fr