Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dans toutes les grandes villes et notamment N'Djamena, ils profilèrent des gargotes mais des restaurants où l'on prépare la bouffe faites de nombreuses spécialisées typiquement tchadiennes. On peut vous citer: moulah-djidad, Bahmian, Foulmasri, Kalawi, Belfouroune, Nachif-tawa, Nachif-khalah, Hors-d'œuvre, Chourrbah, kourkoura, Marara, Kibda, Rass-khanamaï, Doulouff, Moulah-karkandji etc.... Tous ces plats attirent bien de nos compatriotes qui prennent d'assaut les restaurants de la place.


Cependant il faut avoir un esprit lucide et pragmatique pour se rendre compte que nos restaurants, loin de nous préparer des mets succulents, nous préparent des bouillons de cultures microbiennes. Leurs ustensiles sont lavées dans dans une eau commune jamais renouvelée toute la journée, les repas de la veille sont mélangés avec ceux du jour, les servants ne portent ni de tabliers, ne savent ni l'hygiene ni les bons usages et comportement. Il te servent ou prennent le menu en se grattant le derrière ou en s'épouillant comme des babouins pouilleux. Ils s'arrachent la morve et outre jetage de leurs nez à main nue.
Les salades et autres crudités comme le jirjir ( cresson) sont mal lavées et livrées sur le plat avec parfois des asticots et nymphes de mouches à demie assommées.


Dans certaines de nos soupes comme notre exotique kourakoua, véritable mare insalubre, il y nage des mouches noyées qui ensemencent fort bien le milieu de culture de bactéries de typhoïdes et autres agents de botulisme responsables de diarrhées post-prise de chiourbah douteuse.
Notre vénérable birkib ou lait caillée à l'artisanal est un autre milieu très dangereux de cultures de germes. D'abord dès la traite de ce lait depuis les ferricks, il se pose la problématique de l'hygiene. Ensuite le transvasement entre plusieurs récipients apporte son lot de dénaturation et de contamination. Les gargotes qui servent ne savent pas que le lait est un produit très périssable donc trop dangereux si mal manipulé. De nombreux tchadiens, évacués au Soudan, Tunisie ou ailleurs, reçoivent sur la figure un meme diagnostic: la fameuse typhoïde qui est pourvue très souvent par les laits et autres eaux souillées de minuscules fèces des porteurs sains du germe. Oui, la typhoïde est une maladie du péril fécal.
La grillade des viandes et sa consommation excessive au Tchad fait que les tchadiens ont un taux très élevé d'urée, ce qui ne prélude pas un bon avenir sanitaire et bonjour la goutte. En plus la viande mal cuite ou mal grillée produit une toxine qui est responsable d'une diarrhée parfois profuse comme on n'en trouve chez soi après consommation d'une viande encore saignante.
Eut égard à de nombreuses situations sanitaire dramatique non exhaustives dans cet article, nous voulons interpeler le service hygiène du Ministère de la Santé et celui d'hygiène de la Mairie ou des mairies pour contrôle la préparation de nos restaurants tels que restaurant Algadiga de la promenade, restau Choix de jeune, restoBiltine, restau Al-afia, resto Bâche bleue etc...
Les hygiénistes du Ministère de la santé ne font plus leurs boulots depuis les années 80 et le terrain est envahi par les mauvaises pratiques de restauration. Si ces hygiénistes sont équipés et font contrôle minutieux dans les restaurants, il y aura inéluctablement une baisse drastique des maladies courants qui handicapent ou tuent de nombreux tchadiens. Avec une bonne hygiène 80% des mortalités et morbidités des tchadiens sont évitables.

Cobfidentiel: Zylkoss zozabé