Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les Moundang vont-il bientôt retrouver leur unité. C’est à tout le moins, souhaitable

 

Sa Majesté le Gontchommé III, chef supérieur des  moundangs est rentré. Pour ceux qui ne le savent pas, il s’était absenté pour des soins médicaux qui ont duré le temps des déchirements dont l’auteur, d’après les différents communiqués diffusés par la communauté Moundang, n’est autre que le Ministre des Affaires Foncières Jean Bernad Padaré.

Sa Majesté est rentrée et a trouvé son pays dans un état de déliquescence avancée sur fond de querelles fratricides et politiques. Pour son entrée en matière, il a convoqué tous ses frères (tous les enfants de la royauté) et leur a tenu un discours simple qu’on peut résumer ainsi : je vous demande pardon pour le tort que je vous ai fait. Je vous demande de considérer mon état de santé et de prendre vos responsabilités pour restaurer l’autorité de la chose traditionnelle, de notre culture de la royauté et de la paix. Je ne veux plus de l’intrusion de la politique dans les affaires de la cour où toutes les intrigues ont coûté ma santé et la déchéance de notre tradition ancestrale. Elle doit désormais être organisée et dirigée telle que nos grands parents nous l’ont léguée. Je m’en vais, repartant certainement vers eux. Dans l’instant où j’avais sombré, j’ai fait un voyage dont je ne pensais pas revenir. Mais voici, je suis revenu. Je vous demande instamment de vous atteler à la tache de restauration de notre tradition, de notre culture et de l’autorité du Gong, de la paix et de l’unité de tous les moundangs.

Son discours a très bien été accueilli par ses frères qui, après une concertation élargie n’ont pas hésité à demander le limogeage de 3 dignitaires de la cours dont le Wadjiri, le Kaïgama (incarcéré pour indélicatesse financière vis-à-vis des cotonculteurs et libéré sur instruction Jean Bernard Padaré) et du secrétaire de la cour. Ce que sa Majesté a accepté sans rechigner.

La consultation entre les princes se poursuit en ce moment même pour une meilleure organisation du pays moundang qui reviendra certainement de très loin à l’image de celui qui siège sur le trône royal présentement ; mais entre temps, on apprend que Jean Bernard Padaré, par ailleurs beau fils de sa Majesté avait désapprouvé la démarche de son beau père et dépêché un de ses beaux frères  pour lui apporté les conseils qu’il faut avant de le suivre lors de d’une visite pour compatir. Le jeune homme se fera éconduire par son père qui lui dira sèchement : prends mon trône et fait siégé Jean Bernard comme Wadjiri.  Lui dont tu es mandataire est-il de la cour pour s’arroger le droit de me donner des conseils ?

Jean Bernard a donc ainsi essuyé une fin de non recevoir pour ses conseils malicieux dont le but est de maintenir contre tout bon sens, des personnes honnies de la communauté moundang des villages environnants et de Léré centre, parce qu’il s’est aliéné ces personnes pour régenter Léré et ses populations. Il a sine die reporté sa visite de courtoisie à son beau père qui dit qu’il n’est pas prêt à le recevoir.

Lui pour qui la discrétion n’est pas une vertu, claironne à qui veut l’entendre qu’il a réussi à convaincre Idriss Déby Itno, qui va inaugurer vendredi prochain la cimenterie de Baoré à Pala, à aller présenter ses compassions à Sa Majesté Gontchomé III, et se réjouit déjà de cette affaire qu’il estime avoir menée rondement et dont il percevra les dividendes immédiats.

 

Sa M ajesté a exprimé ses vœux de voir les fils du royaume se réunifier pour le développement de leur communauté. Cette nouvelle a été accueillie dans les milieux moundangs comme un appel ultime auquel ils entendent répondre sans retour. Une opportunité donc ! En tout cas, à la cour royale, on susurre que rien ne sera plus comme avant. Ce qui est par ailleurs le souhait de nombreux moundangs dont l’indignation par rapport au climat pestilentiel qui les étouffe, n’a d’égal que la fierté d’appartenir à une communauté réputée pour son attachement à ses valeurs. Ce que la cour royale a commencé, Kaélé va certainement l’achever lors du rassemblement pour la littérature, qui va avoir lieu le 24 courant.

 

Correspondance particulière