Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’émission de Radio  France Internationale (rfi),  intitulée « religion du monde », a traité ce dimanche matin,  l’épineuse question liée aux traitements des juifs noirs au sein de leur propre  communauté blanche.

Tout le monde sait que les seuls  Falashas sont les peuples noirs qui appartiennent à la religion juive et qui souffrent d’un traitement particulier de la part de leurs coreligionnaires blancs.

Mais il ressort de l’émission de ce matin, qu’en Afrique au sud du Sahara, existent également des noirs d’origine congolaise, nigériane et autres se réclamant de religion juive par conversion probablement.

Toutefois, d’après les témoignages que  nous avons suivi ce matin sur les ondes de cette Rfi, il semble ces noirs juifs ne jouissent pas totalement d’une visibilité parfaite et leur identité apparaît dévalorisée au sein de leur communauté.

Le racisme patent des juifs blancs à l’égard de cette minorité noire ne fait pas un grand écho médiatique ce qui occulte allégrement le chuchoté et le non dit au sein de cette communauté religieuse qui aime vivre en autarcie et dans l’exclusion des autres.

Le monopole économique et l’hégémonie politique des juifs partout au monde étouffent toute revendication identitaire de leurs frères de religion de couleurs différentes.

Prenons  à titre d’exemple, rares sont les mariages entre un noir et une femme juive et inversement  même si ce dernier est de religion juive. On peut se souvenir de cette histoire qui a opposé en France un malien  de religion musulmane à la famille d’une jeune fille juive  amoureuse de lui.

Les parents de la famille étaient divisés sur cette question lorsqu’il s’agissait du mariage. Si la mère  ne voit pas  d’inconvénient à ce que  sa fille épouse un noir, par contre le père s’y est opposé.

Chez le peuple juif, le mode de transmission de religion est matriarcale ce qui veut dire que l’on est juif par sa mère.

Aujourd’hui, on a abouti à la conclusion dans ce monde d’irrationnel, que le tort et les malheurs reviennent à celui qui cherche à intégrer des communautés qui le repoussent.

Les juifs noirs doivent-ils continuer à demeurer juifs dans le mépris de leurs frères blancs ?

 

Makaila Nguebla