Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

malitch

 Peut-on aller mourir dans une guerre qui ne nous concerne pas ? Et pour une cause injuste ? Dans le passé les soldats tchadiens ont été des mercenaires dans plusieurs théâtres d’affrontements (RCA, Togo, Niger, Congo etc.) Le mercenariat n’a donné que deux (2) sales images : la perte en vies humaines et la honte de l’ANT. S’hasarder à envoyer des soldats tchadiens dans le nord Mali contrôlé par des islamistes prés à mourir n’est qu’une aventure très néfaste pour notre pays. Cupide qu’il soit, pour Deby c’est l’argent des Nations Unies, de la France et de la CEDEAO qui l’intéresse et non l’avenir du Tchad ou de son armée. Finalement Deby a décidé d’envoyer 2000 soldats tchadiens, juste pour plaire à ses maitres les français. Alors que tous les soldats de la CEDEAO (pays les plus concernés) ne dépasse pas les 3000 hommes. Pourquoi le Tchad envoie 2000 hommes ? Cependant, le Tchad n’est ni membre des organisations sous régionales ouest africaines (CEDEAO, UEMOA etc.) De même le Tchad n’a aucun intérêt d’aller libérer le pays des bambaras (Mali). Raison invoquée par les français : les soldats tchadiens ont une large expérience dans la guerre du désert, à la fois ridicule et choquante comme raison. Les soldats tchadiens ne sont ni des robots encore moins des extra terrestre  pour qu’ils soient des chair à canon de tout temps et en tout lieu. En guise de promesse, le régime socialiste de François Hollande a assuré à Deby qu’en contrepartie de l’envoie des troupes tchadiennes au Mali, la France soutiendra Deby aux élections de 2016. En plus la France ne parlera plus du cas encombrant d’Ibni. Qu’on le vaille où pas le Tchad a déjà envoyé des troupes au Nord Mali, approuvé d’ailleurs par notre Assemblée Nationale, maintenant préparons nous à organiser les places mortuaires pour nos fils. Car ils vont sur une terre inconnue ou leurs tombeaux les entendent. Même si le Tchad est un pays réputé belliqueux, nous allons devoir faire face à une nouvelle guerre qui nous sera totalement étrangère c'est-à-dire une guerre à la fois invincible et invisible : celle des opérations kamikazes des islamistes sur le Tchad. Ne soyons surpris de voir qu’un jour, une partie du grand marché de N’djamena s’exploser par des bombes inconnues. Ne soyons surpris non plus qu’un jour l’aéroport international Hassan Djamous prendre feu du fait des ces fameux islamistes, jihadistes et kamikazes.

Ne soyons surpris qu’un jour nos lacs touristiques d’Ounianga Kebbir récemment classés au patrimoine de l’Unesco soient pris en otage par des inconnus barbus et suivi des exécutions sommaires de nos touristes occidentaux.  

Ne soyons surpris non plus qu’il y aurait un jour des attentats terroristes dans certains grands hôtels et pâtisseries de la capitale. Ne soyons pas surpris qu’un jour les n’djaménois assistent à des scènes macabres et étrangères à leurs cultures comme des voitures piégées entrainant mort d’hommes ou encore des fusillades nocturnes instaurant une insécurité aberrante. Bien que ce dernier temps, le Tchad a renforcé sa dispositif sécuritaire au niveau de l’aéroport de N’djamena par un intense contrôle sur les passagers. Cela n’est pas suffisant du moment où l’homme tchadien est réputé le plus corrompu au monde, de même il n’a aucun sens du patriotisme. En résumé, après l’envoie de nos soldats en guerre au Nord Mali, préparons nous en conséquence pour d’éventuelles représailles des islamistes. N’oublions pas que le Kenya a eu les mêmes conséquences en allant mater les shebabes de la Somalie voisine. Telles sont quelques conséquences prévisionnelles de l’intervention du Tchad au nord Mali. Si nous aimons notre pays avec sa paix fragile renonçons à l’envoie des soldats tchadiens au Mali, car il n’est jamais trop tard pour revenir à la raison.

NB : Cet article a été publié précédemment. Nous republions par rapport au contexte actuel.

 

Un tchadien soucieux de l’avenir du Tchad.