Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

DIP.JPG

Il a été souvent déploré que le malheur du Tchad provienne singulièrement et en grande partie du manque de sens de l'intérêt général de la part des hommes qui détiennent les pouvoirs publics en général (hauts dignitaires, barons du régime, ambassadeurs etc.). L'intérêt général peut être défini comme un ensemble de valeurs, une sorte de fonds communs, un bonheur auquel un groupe, une nation, une collectivité ou un État aspire. Malheureusement, souvent la plupart des autorités tchadiennes confondent cette logique claire avec l’intérêt particulier  qui vise un individu ou même un groupuscule pris dans son individualité.Dans cette logique de l’intérêt individualisant et de l’insubordination, nombre des ambassadeurs tchadiens en poste à l’étranger, montrant des défaillances notoires en ternissant l’image du Tchad et dilapidant les biens publicsdemeurent impunis.

Aujourd’hui, la participation du Tchad à l'administration publique internationale se fait d'une manière désordonnée et sans objectifs clairement précis. Il n'existe pas une politique extérieure bien définie. Ajouter à cela, des ambassadeurs incompétents en manque de relation humaine et sociale. Cette situation se traduit par le retard de payement des contributions annuelles et la perte de quotas du Tchad dans les instances internationales.

Aussi, il faut relever que cette situation est favorisé par la quasi-absence des organes du corps diplomatique de la République, la conférence diplomatique, le comité de direction (l'organe de gestion administrative, diplomatique et financière), les commissions Ad Hoc (qui examine les questions spécifiques et donnent leurs avis) et la mise en quarantainedu syndicat de fonctionnaires du ministère des affaires Etrangères par ceux-là qui se disent défenseurs acharnés du régime en place.

Dans ces conditions, il est évident que l’aura du Tchad a perdu de ses valeurs. Cette régression notoire et cette médiocrité observable dans nos ambassades,  démontre à suffisance que le régime MPS évolue dans l’amateurisme, l’aveuglement, le cynisme, la mystification superficielle, dans ce qu’on peut qualifier des dérives évidentes des privilégiés courtisans du chef au détriment de la pratique du professionnalisme. Le diplomate est au service  de son pays pour poser des actes acceptable au plan bilatéral et multilatéral autant que la défense des  intérêts économiques, politiques et géostratégiques sous régionaux et internationaux de son pays et non pour rechercher des affaires personnelles, détourner les deniers publics et les placer sur des comptes privés ou bénéficier d’une rémunération substantielle.Le Collectif estime que le Tchada besoin d'une diplomatie digne qui peut l'aider à influer sa considération sur l'étendue du continent africain et sur la scène internationale, en prenant de décisions requis en ce domaine, des décisions rationnelles basées sur les compétences, sans émotivité et sans calculs partisans.

Le pouvoir actuel au Tchad est loin de bénéficier d’une bonne image sur la scène africaine et internationale. Il est nécessaire d’inscrire des nouvelles pages du Tchad et de sa diplomatie. Il est impératif que le régime MPS change quant à ses pratiques politiques. Il est vrai que le Tchad est loin des pays où la politique étrangère fait l’objet d’une conférence annuelle des ambassadeurs, ouverte aux journalistes, durant laquelle les ordres de mission sont remis à la lumière des enjeux du moment. Il est aussi fondamental que chaque citoyen tchadien  doit refuser d’être une victime passive et consentante, de défendre sa dignité, la dignité de son  pays avec mémoire et ses droits avec détermination tout en n’oubliant pas ses devoirs et sa contribution citoyenne.

Il est évident que le Tchad est un pays miné par la corruption, que l’informel est institutionnalisé, que les injustices sont quotidiennes, que les personnes honnêtes et sérieuses sont pour la plupart écartées de la gestion publique, mais les tchadiens n’ont pas le droit de rester inactif face à cette situation ; ils doivent agir à tous les niveaux pour que la situation change. C’est un devoir citoyen le plus sublime.

Le Collectif de diplomates tchadiens