Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Ce matin, c’est un monde inhabituel devant nos deux plus grands lycées de N’djamena. En cause, le baccalauréat spécial de Nadingar II ou d'Idriss Déby Itno. C'est le second de l'anne 2012. Le premier, organisé en juin dernier, a été partiellement annulé. Le ministre de l’enseignement supérieur a été démis puis interpelé. Beaucoup d’ancre et de salive ont coulé sur les raisons. Officiellement, on a dit que le jury n'avai respecté les textes en vigueur. En effet, ls textes disent qu'il faut déclarer admis au baccalauréat, tous les candidats qui ont obtenus une moyenne supériure ou égale à10/20. Dans la réalité, le jury est descendu à 8,25/20. Cela n'a pas été du gout d'Idriss Déby Itno, le Président de la République. Conséquence, le premier ministre a annulé partiellement ce baccalauréat. Bon nombre de candidats qui ont ri après les premiers réusltats, ont changé de visage: leurs larmes ont abondamment coulé. Ils ont tenté de manifester leur colère. Idriss Déby Itno a envoyé les policiers avec des lacrymogènes et de l'eau bouillante les affronter. Les parti politiques, les ADH, les parents ont asséné tout cela à coups de communiqué et de conérence de presse. Idriss Déby Itno est demeuré de marbre. Pays de non droit.Officieusement, on a énuméré des pratiques indignes que le ministre démis n’aurait pas cautionnées. On parle d’une liste de gens qu’il devait insérer parmi les admis. En effet, selon les bruits de coulisse, la présidence de la République aurait instruit le ministre de l’enseignement supérieur à introduire un certain nombre de noms parmi ceux des admis. On a dit que ces admis d'une autre nature n figuraient pas parmi les candidats! Autrement dit, l'office du baacalauréat n'avait enregistré leurs dossiers ! Donc ils n'étaien autorisé à composer le baccalauréat. Après la reprise de la délibération, le taux de réussite est tombé à 8,96%. Mais, les acteurs n’ont pas dégagé les Camerounais toujours nombreux pour voir plus clairement la réalité.
Entre-temps, nous avons organisé le forum de l’éducation nationale si chère à Faïtchou Etienne. Les organisateurs de ce forum ont invité beaucoup d’imminentes personnalités du domaine. Elles nous ont faits des propositions concrètes pour mieux réussir notre politique d’éducation nationale. Ces recommandations ont été remise au Chef de l'Etat. A l'ouerture comme à la clotûre, il a assisté aux cotés de sa chère Hinda. Ninda qui distribue, par le meme Faitchou Etienne, des kits aux élèves de 9 régions sur les 22 que compte le pays! Injuste, non? En avait-on réellement besoin d'unforum sur l'éducation natonale ? Qu'a-t-on fait des états généraux de l'éducation tenus en 2004 ? Depuis le 1er décembre 1990, les Tchadiens reconnaissent une chose : il nous manque la volonté politique de développer notre pays. Idriss Déby Itno et les siens l’ont transformé en leur fazenda. Ils l'exploitet bien. Ils sont tous riches. Ils ripaillent, boivent, chantent, dansent bien. Maades, ils vont se soigner en Europe. Nous sommes leurs esclaves. Une bonne scolarisation de nos enfants ne va pas sans conséquence pour leu longevité à la tête du pays. Cela signifie moins d’analphabètes, plus de revendication, plus de problèmes sociaux. Alors comment mobiliseront-ils les moyens pour une meilleure scolarisation de nos enfants ? 
Pour le moment, c’est plus au nord que le problème se pose. Dans cette région, seules les cantines scolaires stimulent l’appétit pour l’école. Quand il n’y en a pas, les enfants restent à la maison. Pour d’autres, c’est l’influence de nos militaires : comme ils sont rches et dépensent sans compter, les parents croient que seule la carrière militaire nourrit son homme. Alors ils pensent que leurs enfants ne doivent pas user les fesses sur les bancs. En plus, rares sont les enfants de là-bas qui se montrent assidus dans les études. la plupart adopte le raccourci. Il suffit de les approcher pour constater la réalité. Pourtant, Déby y a construit beaucoup d’infrastructures scolaires ! Les ministères concernés s’échinent à y affecter les meilleurs enseignants. Mais, les conditions de vie y sont rudes, les parents insolents. Même les enseignants natifs des régions du nord le reconnaissent : la majorité préfère être affectée dans les localités du sud !
A tout cela, il faut ajouter le comportement indigne des pseudo-politiciens de la clique d’Hassan Terap, l’actuel ministre des PME. Surveillant au lycée de Mongo, il a plutôt entretenu la culture de la facilité et de la nullité. Il obligeait les enseignants à distribuer des notes fictives aux élèves. Il a aussi monté les enfants contre les professeurs qui voulaient organiser leurs évaluations selon l’art. On taxait ces bonnes volontés d’ennemis de la région !
Ce baccalauréat spécial est le tout premier après notre forum. Les élèves l’ont baptisé « chalo mini ». En arabe local, cela signifierait « ils me l’ont arraché ». Ses organisateurs pourront-ils garantir la transparence et oublier les pratiques néfastes qui entourent ce parchemin ? En tout cas, au Rectorat, les fausses attestations de baccalauréat sont bien établies moyennant un pourboire. Hassan Fadoul Kittir y aurait une spécialité : en délivrer aux jeunes zagawas. Voilà quelques comportements qui constituent l’incitation à la haine tribale. Où est notre procureur de la République?
Correspondant particulier.