Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

UFDD04 

Les trois dernières semaines ont été très riches en actualités et événements entre le Tchad et le Soudan d’une part et entre leurs rebellions respectives d’autre part. Depuis l’accord du 15 janvier 2010, la descente inopinée de Deby à Khartoum suivies des multiples et diverses réunions et concertations en coulisses, et le tout corroboré par l’accord de paix signé hier à N’djamena, la situation ne semble pas évidente ni pour le Tchad de Deby moins encore pour l’opposition armée.

 

Pour ce qui concerne l’opposition politique en place au Tchad, on peut conclure l’impasse les comble. Elle est passée à coté de la plaque. Elle ne peut même pas organiser une simple manifestation ou protester autrement. Elle fait la politique du ventre. Celui qui fait réellement la guerre est aussi prêt pour faire la paix. Dit-on, en paix on prépare la guerre et durant la guerre, le véritable révolutionnaire ne peut décliner une demande de paix par le dialogue.

 

Parmi les chefs rebelles, nous constatons que certains s’agitent pour se montrer disponibles à continuer la lutte armée, nous leurs disons que c’est de la vantardise aveugle (surtout quand çà vient du maillon faible de l’opposition armée de l’Est du Tchad). Car, un vrai guerrier ne souhaite jamais faire la guerre pour la guerre, car les conséquences sont telles que c’est dans l’obligation que l’homme opte pour la lutte armée.

 

Un dialogue ne peut être sincère que si Deby enlève de sa tête que le Tchad n’est pas sa propriété privé et aussi qu’il montre son patriotisme en faisant un peu de sacrifice. Le Tchad appartient à tous les tchadiens, et tout est un chacun est appelé à participer dans sa gestion et son développement. Une réconciliation à la FUC de Mahamat Nour Abdelkérim, ou bien comme celle de la CNT de notre Général Eldjouneidi, pire encore celle du MN de Soubiane est inacceptable et à proscrire. Il faut un dialogue global pour une paix durable. Et cela ne peut se faire que par un partage réel de pouvoir et ceci à tous les niveaux et par tous les acteurs impliqués dans la vie politique.

 

Dans le cas contraire, que Deby est ses bouffons (j’entends par là, les Bachir, Younousmi, Bichara, des hommes qui ne connaissent pas l’honneur ni la vérité, ils nagent dans des casseroles) se mettent en tête qu’ils seront face aux rebelles qu’ils trouvent de divisés. Ils sont certes divisés pour des questions de détails, mais face à Deby et son système mafieux, ils demeurent unis voire même soudés.

 

Nous souhaitons que les démarches des semaines qui suivent soient positives, le cas échéant, les rebelles seront prêts à prendre ses armes pour faire autrement ce qui s’est passé au Niger il y a 72 heures. Le politicien a du pain sur la planche ces jours, dans le cas où il échoue, les vaillants fils du Tchad seront dans l’obligation de faire l’inattendu.

 

Pour atteindre cette vision, il faut de la patience, car la patience est une vertu révolutionnaire.  


Le résistant de l’UFR,  Ahmat Ould Mahamat