Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ding

Vous arrive-t-il de vous poser aussi la question suivante : comment se fait-il que le Tchad berceau de l’humanité, berceau de civilisation, berceau de richesse souterraine, berceau de tout, soit imperceptible sur la scène internationale ? Que ce soit dans le domaine de la culture, l’éducation, l’innovation technologique, la bonne gouvernance, coopération internationale soit simple domaine du sport dont nous pensons disposer des moyens et ressources humaines conséquents, le Tchad est absent. Pourquoi notre pays brille toujours par de rare et timide visibilité à  l’échelle internationale? Que ce passe-t-il au pays de Toumaï? N’y a t-il pas de vaillances ou mérites à faire valoir ? N’y a-t-il pas des portes d’ouverture au monde ? Qu’y a-t-il de prioritaire dans cette contrée? En fin qu’est ce qui manque réellement aux jeunes tchadiens ? Je souhaiterai que nous nous attardions un temps soit peu sur ces questions. Les récurrentes et culpabilisantes appellations comme « jeunesse d’aujourd’hui», « jeunesse pas comme avant » et « les enfants de maintenant » semblent pourtant faire place à une prise de conscience d’implication de ces jeunes dans le développement du pays. Car j’ose quand-même croire qu’il n’est plus question de jeux politiques qui consistait à attirer pour étouffer, c'est-à-dire nommé quelqu’un d’influent à un poste de responsabilité lorsqu’on a besoin de l’humilier, en mettant tout en place pour le faire passer pour un bon à rien.  Il sera vraiment appréciable si la présente prise de conscience est réelle et définitive. Car le Tchad en a besoin, oui d’une reforme étudiée et profonde.

La jeunesse tchadienne a été longtemps mise à l’écart du développement malgré ses efforts relativement visibles. Créer des cadres d’appui à l’information, l’éducation, la formation, le brassage et l’épanouissement a cessé depuis environ un quart de siècle d’être la préoccupation du gouvernement tchadien. Personne n’a placé confiance en cette jeunesse normalement motrice du développement. Ainsi l’analphabétisme, le manque d’attention, la manipulation politique sont les maux dont a souffert et continue d’endurer « l’orpheline » jeunesse tchadienne.

         En effet il nous semble vraiment utile de rappeler à tous qu’un pays sans politique adéquate pour la jeunesse est un pays sans avenir. Et personne ne peut avoir de l’avenir dans un pays qui ne l’a pas. Il va de soi que nous nous tourbillonnions à l’origine, au point zéro tandis que les autres sont au timberland. Par conséquent au lieu de continuer dans de discours grandiloquents avec des promesses jamais tenues, il est très urgent et indispensable de recadrer la politique de façon à donner à la jeunesse la place qu’elle mérite. La jeunesse ne doit plus servir à entretenir des anciens conflits et  haines implacables. Inversement  sa spontanéité, son énergie, son courage  et tous ses potentiels sont à utiliser pour dresser, secouer et changer les chaines d’une civilisation périmée (l’ethnicité, le factionnalisme, la grossièreté, corruption etc.) en fin  pour oser tout ce que les autres n’ont pas eu le courage d’entreprendre. Pour cela, l’EDUCATION (familiale ou de base, secondaire et supérieure), gage de paix et développement durables, doit être assurée. Ainsi, le concours de tous (les leaders d’opinions,….)  est sollicité à ce niveau. La jeunesse tchadienne a besoin de votre soutien pour se restaurer, s’unir et impacter positivement le monde et particulièrement le Tchad. C’est ainsi que pourrions-nous nous faire des illusions d’une possible inversion de la tendance médiocrité/excellence.

Chers parents votre place dans la renaissance d’un Tchad pourvu d’une jeunesse consciente, forte et déterminée est capitale. Nous, jeunes tchadiens ne pourrions vous inviter à compter sur nous à la seule condition de nous aider à nous unir. Ne dit-on pas que l’union fait la force ? Notre devise « Unité-Travail-Progrès » la confirme. Sans vos apports, vos exemples et votre volonté de nous voir vivre la main dans la main ; nous demeurerons malheureusement faibles sans fondement solide pour évoluer. Certes, le Tchad a vécu des hostilités atroces et pérennes, ce qui expliquerait en partie la division avec conséquence l’errance  de sa jeunesse. Cependant, il faut noter qu’il y a aussi un grand  manque de volonté de la part de certains belligérants qui ne pardonnent et n’oublient rien. Ils  enterrent symboliquement les haches de guerre néanmoins nourrissent les éventuelles causes de conflit à savoir le manque de pardon et de confiance, la transmission de rancunes et dédains de parents aux fils. Par conséquent, le cycle de combat reprend en toute évidence et cela avec une ampleur prépondérante.

« Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et lorsqu’il sera vieux, il ne s’en détournera pas ». Que pensez-vous enfin de ces ordres divins ? Si vous souhaitez bien nous voir devenir autres que bagarreurs, pourquoi nous donneriez-vous des pistolets pour jouets ? Pourquoi rangeriez-vous à tout temps derrière nos bagarres, des gamins entre nous? Pourquoi armeriez-vous les enfants avant de les envoyer à l’école ? Et si cela n’était le cas, pourquoi tairiez-vous face à la violence en milieu scolaire ? Parents, nous ne vous accusons pas d’être à l'origine de la dépravation ou décadence d’aujourd’hui. Toutefois n’ayez pas la crainte et honte d’en reconnaitre votre part de responsabilité.

Quant à nous, jeunesse tchadienne, je ne sais quel code utilisé pour que ce présent appel soit vibrant et fort ! Sachons qu’il ya tant de comportements pour lesquels l’on peut être emmené à nous ignorer ou à s’en foutre de nous. Notre génération se montre par moment indécise, négligente, insensible et partisane de moindre effort  vis-à-vis des opportunités! Nous sommes une jeunesse qui aime subir, mais ose moins ! C’est pourquoi comme mérite nous avons la corruption, la rétrogradation, l’imperfection, le chaumage, la servitude, la misère, la frustration, l’insécurité et l’inquiétude. Laissez-moi vous paraphraser la pensée de Henri Lacordaire : « Partout où l’homme veut se vendre, il trouve des acheteurs ». Pas besoin de beaucoup d’exemples à l’appui ! Nous ne nous levons que pour saccager les acquis publics, au lieu de nous en prendre aux « détracteurs » du Tchad! (2- 3 Fév. 08 et les tumultueuses grèves en sont des illustrations). Nous devons dire non au gouvernement des médiocres coalisés ! Non aux bafouilleurs de l’enseignement supérieur ! Non au marchandage de l’intégration à la fonction publique ! Non à des divisions claniques et ethniques ! Non au favoritisme ! Non aux fonctionnaires fictifs ! Non à la délinquance et la violence ! Non aux détourneurs des deniers publics ! Non aux tapageurs hypocrites (certains opposants politiques) ! Non à l’exploitation de l’homme par l’homme ! Non à la violation flagrante de droit de l’homme ! Sinon que nous servirait que notre pays soit riche et puissant (pétrole et armée), si, tristes et inquiets nous y vivons dans l’oppression et dans l’indigence ?

 Chers compatriotes, la vie est le seul exercice sans essai, elle ne se réalise pas au « brouillon » avant de reprendre au « propre », les deux comptent pour un. Il y a une seule vie! Une seule fin ! Un soleil pour tout ! Un cycle identique de 24 heures pour tout ! À quoi nous servira l’économie de notre conscience, vigueur et hardiesse ?  Chers compatriotes devons-nous lever, non pour traverser en catastrophe la vie plutôt vivre en marquant positivement à chaque pas !

DINGAMTOLOUM TOBROME Tobie

Jeune Tchadien en quête de la justice sociale et d’une jeunesse unie, consciente et combattante