Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

PAR-copie-1.png

 

République du Tchad


Unité-Souveraineté-Progrès
Parti D’Action Républicaine au Tchad


Vaincre ou Mourir le Tchad Vaincra

  

Q : M. le PR. Le Tchad vient d’organiser deux événements importants dans la vie politique, notamment les élections législatives et l’élection présidentielle. Quelle appréciation faites vous par rapports a l’ancrage de la démocratie ?

 

D’abord permettez-moi de remercier le journal la voix. je veux dire que a voix de sans voix ou la voix du peuple tchadien. Pour répondre a votre, en ma qualité de président du parti d’action républicaine au Tchad, un parti alliée au MPS. Nous voudrions dire au président du MPS que le peuple ne veut pas de lui ni aux législatives moins encore  présidentielle ; la première les cases sont bourrer des bulletins de l’MPS ou truqués et les second, le taux participation est égale au moins de chiffrage qu’on attribue au dernier candidat malheureux maitre N’Djim. Nous au nouveau du PAR voudrons attirerons l’attentions du PR qu’en démocratie on accepte avant de rendre des comptes, prendre des responsabilités et accepte le choix du peuple, sans plus tardée nous voudrons dire autoproclame général, Sultan et président le peuple ne veut pas  de vous, le taux de participation est une indication claire que vous savez très bien ! On pose de question de savoir, qu’est ce que vous avez fait pendant 20 ans ? Si le peuple tchadien doit attendre 20ans chaque fois et recommence a zéro ou « renaissance », il aura combien de renaissance !

 

Q : Vous étiez  a l’opposition et aujourd’hui vous appartenez a la mouvance présidentielle est que toutes revendications sont prises en compte ?

 

Non et non, aucune de nos revendications n’est prise en compte. On nous a trompé, même simple rencontre avec  le chef de l’Etat que le chef gouvernement (les autres autorités de l’Etat) sont engagés depuis 7 mois, n’ont pas y lieu. Surement, nous avons accepte la réconciliation par ce que nous avions cru a la récitation prône par le régime et vendue par la médiateur et aussi nous partageons l’expression qui dit « nous sommes venus au monde pour se connaitre, la vie est nous donnée pour  quelques temps,  vivons alors dans la paix et vivons ensemble ». De plus notre pays le Tchad a beaucoup souffert des guerres fratricides, dont personne ne trouve son compte, c’est pour quoi nous sommes favorables à la paix et réconciliation et aussi nous devrons faire la concession pour que notre guerre ne devienne pas une guerre régionale. Mais le régime n’a pas tenu compte de notre bonne attention, mais l’histoire nous dira dans un bref délai. Voila aujourd’hui la plupart des oppositions qui sont crus a la politique de main tendue du chef de l’Etat se promènent sans voitures et ils vivent sans maisons ni nourritures pendant des mois  le P.A.R y compris…ou est la volonté politique !!!

 

Q : Pendant son quinquennat social le président Idriss Deby Itno a réalisé beaucoup des projets, notamment la construction des écoles, des centres santés, mais que vous inspire la situation des fonctionnaires par rapport a la vie chère ?

Merci, c’est une question pertinente, nous voudrons commencer par le premier volet votre question, celle de réalisation comme suit :

-          Deby a construits des hôpitaux sans médecins ni médicaments, des écoles sans maitres, vous avez crée la médiateur sans réconciliation réelle.

-          Il a fait de la télévision du Tchad, une propriété privée de la famille présidentielle

-          Il a semé la division ethnique, tribale, et régionale.

-          Au début, nous pensons que certains de membres gouvernement de Deby sont irresponsable, mais nous avons réalisé que tout gouvernement est irresponsable, permettez-moi de prendre deux exemple pour illustre c’est que nous vous voudrons vous dire : au troisième jours de cinquantenaire vers  23 h00 le pr. Deby a recommande trois gros camions pleine alcool et distribuer a des mineurs et ses ministres alcooliques (diplômés d’outres mers) dansent toutes la soirée, en distribuant des l’argents aux chanteurs étrangers, sans se soucier des enfants tchadiens meurs chaque minutes faute de malnutritions et médicaments (leurs mères, vieillards), aussi jeunes diplômés chômeurs et des ignares proches des présidents  occupes des postes jutés ou DAF de finances---comment explique ca si nous sommes suppose se trouves dans un pays démocratique. De plus, avec des ministres dont les comportement pareils comment nous allons conseiller nos enfants a suivre leurs exemples ?

 

-          C’est vrai les tchadiens ont manque plusieurs occasion historique pour vous faire partir lors vous avez tiré sur la communauté Hajarai, communauté Zagwa, communauté sans arme Ouddai…

Nous croyons que les tchadiens d’aujourd’hui savent dépasser les clivages ethniques, confessionnels, régionalistes et s’unir au nom de leur mère le Tchad, ils savent leur lien sanguins.

 

Monsieur PR. 20 ans de dictature ca suffit, arrêter vos cinémas électoraux et donner aux tchadiens une alternasse et retourner le pouvoir aux ceux qui ayant droit autrement il faut démissionner ; la non participation de la masse vous montre les tchadiens ne veulent pas de vous. Monsieur le PR. Si vous n’avez pas pu instaurer la démocratie pendant 20 ans, un autre mandat truquer ne y rien. Bref vous avez échoué d’instaurer la liberté, la liberté d’expression et la liberté de la presse.

 Nous voudrons vous suggérer la citation J.J. Rousseau qui dit  « Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maitre, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. ». De plus, il y a un lieu se demande de quoi diffère votre réélection de l’élection de Hussein Habré de décembre 1990- avec taux de participation de plus 90%(90%  Ministre Keddelle Younouss -Ca fait « rigole » comme dit président Saleh Kebzabo. Nous vous demandons aussi de se réfère de la citation du défunt premier ministre Winston Churchill, comme dit, « un pays gérer par un seul homme n’est pas un pays c’est l’esclavage intellectuel et l’âme ».

 

Ce serait commettre un crime contre l’humanité et contre la liberté ou la démocratie que de ne pas accepter la démocratie, comme dit  Winston Churchill, ((un pays gérer par un seul homme n’est pas un pays c’est l’esclavage intellectuel et l’âme)).

 

Nous voudrions conclure et donne notre appréciations

 

Q : Comment peut-il comprendre 20 ans au pouvoir sans pouvoir de développer le pays et impose s’accroche au pouvoir et organise des élections truquées ?

 

La mode principale de la dictature de M. Deby, qui en plus de 20 ans de pouvoir personnel n’apporte au Tchad que le deuil, la pauvreté, la corruption, le vol, viol, misère,  abus de confiance et la tyrannie, est de vouloir  faire porter par les autres, la responsabilité des ses échecs et de son incompétence  avérée. Les voles, viols, violences contre l’opposant, la presse libre et les droits de l’Homme.

L’élection dite démocratique est une comédie ou moyens les plus efficace pour détourner l’attention des populations des dérives du régime. Nous ne sommes pas dupes !

Le manque de participaticipation de la population à l’élection montre que les citoyens tchadiens ne veulent plus répondre à la manœuvre du régime du Deby et elles ne veulent pas lui accorder une certaine crédibilité.

Mais que peut –on faire contre la volonté populaire ? Et puis le scenario dresser une tribu contre une autre (clivage régional, confessionnel, ethnique…) que l’on veut agiter a tout va, c’est contre la nature qui en particulier puisque le pays est un ! Il ne  peut réussir à sortir de la crise et s’assumer que dans la cohésion. Et personne ne peut prétendre effacer  de la mémoire collective l’héritage tchadienne, le même pour tous ainsi que le désir réel des tchadiens de vivre ensemble de façon paisible et solidaire.

Le régime du Deby ne respecte pas ses engagement avec le PAR, le principe d’une négociation de réconciliation nationale sans exclusive ne peut pas plaire a M. Deby qui fondée toute sa force politique sur la force,  l’exclusion et l’élection truquées.

Aller à l’élection démocratique  c’est apprendre à respecter les règles, respecter les citoyens et apprendre à rendre compte. Cela, M. Deby ne peut ni le faire ni même simplement l’accepter. Parce que pour lui, le Tchad est sa propriété ou la nation est son excave et sa logique il n’a pas d’autres alternatives que la fuite en avant totalement déraisonnable. Il lui fallait créer un une comédie électorale pour gagner le pouvoir, cette élection est un exemple palpable pour justifier la dérive dictatoriale. Mais pour quoi le faire puisque de toutes façons la nécessaire liberté ou démocratique des tchadiens s’imposera a lui ! Qui dans ce bas monde a déjà réussi à arrêter le progrès ?

Nous pensons aujourd’hui  que ce qui devrait préoccuper les politiques, les intellectuelles et les populations de notre pays c’est absolument se donner les moyens d’arrêter la dérive dictatoriale, construire un nouvel espoir pour les jeunes générations et donner une perspective au pays ; les états d’âmes n’ont pas de place dans la quête de la nécessite de recouvrer la dignité et les libertés essentielles exigences urgentes pour nous tous.

 Toutefois, l’alternance au Tchad n’est pas seulement possible, elle est nécessaire comme exigence première pour redonner vie a la patrie. Le changement est inscrit dans la continuité de l’histoire de toute société humaine ; les flottements de circonstances sont un simple mouvement de reflux. Si les hommes politiques d’aujourd’hui ne  reconstruisent pas les ressorts nécessaires au sursaut patriotique, il va se construire de nouvelles forces politiques qui vont forcement prendre les dessus et ramener le pays à liberté. Nous devrons savoir que la patrie est éternelle et les générations se succèdent avec chacune  son génie et ses ambitions.

Nous savons que les tchadiens ou les oppositions dans son ensemble ayant connu trop longtemps le fonctionnement des régimes dictatoriaux successifs ne prennent pas baient conscience du contexte d’aujourd’hui pour assumer leur rôle et redonner chance a la démocratie, a liberté et un état des droits comme préconisée la France, grande Bretagne et les états unis, comme ils sont les modèles du monde libre.

En effet, pour le Tchad avance de façon certaine il faut que les tchadiens sortent du piège abominable de l’hypocrisie, du tribalisme primaire ; que les citoyens ne soumettent ou regardent plus les leaders politiques en fonction de leur appartenance mais en fonction du contenu de leur projet pour le pays et de leur capacité à le traduire dans la pratique pour le bien de tous. 

Si nous voulons, nous voudrons bien répéter, retrouver la paix réelle et durable, réconcilier nécessairement le Tchad et les tchadiens de manière profonde  et sincère, recouvrer la dignité et les libertés perdues ainsi que la démocratie pour tous, nous avons aucune autre alternative que le départ du régime de N’djamena « Deby », le seul obstacle au retour de la confiance dans le pays. Le peuple tchadien, qui a toujours su surprendre, doit retrouver ses élans et se doter des techniques modernes et se développer sur plan économique, social, politique et rentrer dans l’histoire comme un peuple qui serve de modèle pour l’humanité. Bref, 20 ans ca suffit, le peuple tchadien veut la vraie liberté, démocratie et vraie changement : le changement est inhérente dans la vie humaine comme Moto Obamisme indique, « les vents du changement vont souffler sur l’ensemble du monde musulman ».

 

 

 

Fait, à N’Djamena le 15 juin 2011


partchad@yahoo.com

Le Président du PAR


Gourbal Djiddi Nokour