Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ste-civile.jpg

Le journaliste blogueur Tchadien, Makaïla Nguebla, est aussi militant des droits de l’homme, a des soucis. Connu pour sa plume acerbe, il empêche le régime de N'Djamena de dormir. Conséquence, sa vie se résume à des expulsions. Rapatrié de Tunis vers Dakar, il a été expulsé à nouveau le 7 mai par les autorités sénégalaises de Dakar vers Conakry. Ce vendredi, fort du soutien de la société civile guinéenne, Nguebla était face à la presse à Conakry pour expliquer sa mésaventure d'éternel exilé, a-t-on constaté.

Dans son exposé, Aziz Diop a é l'opinion nationale et internationale, au nom de la société civile guinéenne, notamment son président Dr Ibrahima Cisséko et de Alhassane Camara par rapport à l'expulsion de l'activiste tchadien pour, dit-il, ses opinions. "Commandité par le gouvernement tchadien sans avertir son homologue guinéen, le jeune a été expulsé après avoir été entendu par les services de renseignement sénégalais cinq heures durant et mis dans le premier avion à destination de Conakry. La solidarité agissante entre les sociétés civiles, nous avons été és par nos camarades de la société civile du Sénégal, qui se sont soulevés contre cette expulsion", a-t-il entamé.

Et d'enchainer. "Nous observons actuellement au Sénégal une dérive en matière des droits humains avec une politique de deux poids deux mesures. Pendant que des individus accusés de crimes contre l'humanité et des crimes économiques, je veux nommer Hissène Habré, qui a eu la protection du gouvernement sénégalais pendant deux décennies, un jeune pauvre de son état, ni armé, qui n'est pas une menace pour le gouvernement sénégalais à cause de ses opinions, est expulsé vers la Guinée. Nous nous interrogeons pourquoi l'avoir expulsé vers Conakry et pas ailleurs ? Sa sécurité sera-t-elle mieux assurée à Conakry ? N'y a-t-il pas un deal entre les présidents sénégalais et tchadien pour remettre en cause sa sécurité", s'est interrogé Aziz Diop.

"C'est pourquoi dès aujourd'hui, nous avons entrepris des mesures de protection pour que sa présence soit légale sur le territoire national afin d'interpeller notre gouvernement pour que sa protection soit assurée et garantie, pour éviter que notre pays serve également de territoire d'élimination des opposants, des leaders d'opinion. Aujourd'hui, il est sous la protection du haut commissariat aux réfugiés. Il est couvert par la loi et peut s'exprimer le temps pour nous de lui trouver un autre pays d'accueil", a-t-il affirmé.

Étudiant en Tunisie, la vie de Guebla est faite d'expulsion ou presque. Il a échappé de belle à une première expulsion de Tunis vers le Tchad. Mais au lieu de son pays d'origine, il sera expulsé vers le Sénégal en 2005. Huit ans après, le voilà encore expulsé vers la Guinée. Au départ, c'est le Mali qui lui a été proposé mais vu la proximité du Tchad et la présence des troupes tchadiennes au Mali, il a été expulsé vers Conakry.

Pour Nguebla, le harcèlement contre sa personne s'explique en raison de ses prises de position. Cela est d'autant vrai que son interpellation à Dakar est intervenue peu après le séjour du ministre tchadien de la justice au Sénégal pour signer un accord lié avec Hissène Habré.


Abdoulaye Bah
Conakry, Guinée
224.622.14.15.09

 

Suivre les commentaires:  http://www.guineenews.org/detail_article.asp?num=2013510144645