Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

grande-2170479-3025129.jpgCliquez pour agrandir l'image

 

Selon le registre des organisations politico-militaires au Tchad, le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MDJT) est répertorié  et classé comme un mouvement armé faisant partie des "archives" au même titre que le FROLINAT et autres  tendances  militaro-politiques similaires  qui ont mis à feu et à sang le pays, sans renoncer  définitivement avec une tradition de maquis, devenue leur sport favori.

 

Démembré et éclaté,  le MDJT est à son énième signature d’accord avec le régime de Ndjaména, incarné par Idriss Deby et sa galaxie.

 

Selon le site la présidence et celui de Ahmat Yacoub, devenu allié inconditionnel  de ce pouvoir totalement déréglé  d’Idriss Deby, on a appris qu’une vingtaine d’hommes sortis de grottes du Tibesti, région à inclinaison insurrectionnelle, aurait regagné le bercail à la faveur d’une négociation menée par l’ancien président tchadien Goukouni, devenu à la fois médiateur, acteur et  chef  traditionnel  de cette zone désormais prisée par le régime en place.

 

Pour  les ardents défenseurs du régime Deby, les plus optimistes,  la région du Tibesti est enfin « pacifiée » et qu’une attention particulière, lui, sera concédée en terme  des infrastructures  socio-économiques dans le cadre de son épanouissement et essor à l’échelle nationale.

 

Mais pour d’autres observateurs nationaux les plus pessimistes,  le Tibesti est loin d’être une zone totalement « pacifiée », car, disent-ils, beaucoup reste à faire dans cette localité où la question du désarmement figure comme l’une des priorités, sans cela , les armes vont toujours retentir et crépiter à chaque fois que les revendications ne sont pas respectées par l’une des parties signataires, on rebrousse le chemin et on entre en dissidence. C’est une culture inséparable des habitants de cette localité.

 

Au Tchad, chez d’aucuns, la rébellion est devenue un moyen rapide d’ascension sociale qui permette au nom de quelques prétendues revendications politiques,  parvenir à accomplir ses besoins vitaux personnels.

 

Une telle vision stéréotypée et figée  n’offre pas au pays, une stabilité politique, ne consolide en aucun cas de figure la cohésion sociale entre les différentes composantes de la nation et sans garantir un développement socio-économique effectif  avec sa dimension globale.

 

Pour qu’au Tchad, la paix devienne réelle et effective, il faut une réorientation intégrale de son approche actuelle biaisée.

 

Makaila Nguebla