Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

FSR

République du Tchad

Front pour le Salut de la République (FSR)

Dignité – Justice – Développement.

 

Communiqué N° 0002/FSR/BE/2013

.

La Communauté Internationale se laissera- t- elle bernée une fois de plus par Deby et permettra ce dernier à jouer le rôle de zoro dans la sous région ?

Rappelons tout simplement  que Deby profite en ce moment des circonstances exceptionnelles.

En effet, la disparition de feu Oumar Bongo le doyen et leader naturel de la sous région a laissée un vide et a transformé  l’Afrique Centrale en orpheline. Grâce à son courage, son audace, son franc parler et surtout à la non hésitation de mettre le paquet s’il le faut pour dénouer une crise , le défunt Oumar Bongo a permis à cette sous région de disposer à l’époque des véritables repères.

L’indifférence totale de Biya par rapport à tout ce qui est extra national n’est pas de nature à persuader ceux qui affichent des velléités de se hisser aux avants postes et à s’affirmer en tant que leaders  même s’ils ne disposent pas des qualités requises le permettant à jouer ce rôle.

La pudeur de Sassou matérialisée par la distance et la neutralité est une nouvelle source d’encouragement à différentes aventures dans la sous région. Car, elle est considérée par certains comme un laisser passer.

La discrétion dont fait montre le Président Nguéma depuis toujours a été comprise par certains de ses pairs comme étant un effacement volontaire et donc ils se sentent autorisés à se taper la poitrine.

Le statut de nouveau venu aux commandes de son pays ne doit pas être synonyme d’absence de volonté de s’affirmer en tant que poids lourd surtout quand on est l’héritier de quelqu’un qui est de la trempe de feu Oumar Bongo. Le respect dû aux ainés, doit nécessairement être assorti des limites.

Le cas Bozizé ne doit pas inspirer beaucoup de commentaires surtout si l’on prend en compte la manière dont il est parvenu au pouvoir. Il est le protégé de l’un de ses pairs. Il doit en conséquence se contenter d’un rôle de second plan.

 

Toutes ces considérations ont aiguisé l’appétit à Deby de faire étalage de ses muscles et à ne pas hésiter à se comporter comme le défenseur de la zone. Même si c’est au prix de faire et défaire des régimes qui contrarient sa vision des choses.

 

Le prétexte pour justifier ses interventions dans les affaires intérieures des autres Etats est connu. En effet, Deby s’est adjugé le rôle ambitieux de Rampart de l’Afrique subsaharienne contre l’assaut de l’Islam et à chaque fois qu’il entend décider d’intervenir quelque part, il ressort le refrain déjà connu de légion islamique, des djihadistes et des salafistes.Et comme d’habitude la direction du Soudan a été pointé du doigt. On a comme l’impression que, pour lui, ce pays voisin constitue le berceau de ce phénomène.

 

Rappelons au passage que le dernier retrait des troupes de Deby de la RCA a été fêté par les centrafricains. En conséquence le retour de ces dernières, dans des circonstances manigancées une fois de plus par Deby , ne peut qu’être vécu comme une calamité voire une malédiction divine.

 

De ce qui précède, Le Front pour le Salut de la République(FSR) lance un appel pathétique à l’endroit de la Communauté Internationale en général et aux Etats de la sous région en particulier de faire montre de vigilance afin d’éviter à la République sœur de la Centrafrique de sombrer dans un chao dont les conséquences néfastes n’épargneront pas les Etats de la sous région.

 

La légion islamique, les djihadistes et les salafistes dont fait cas Deby n’existent que dans l’imaginaire de ce dernier.

 

                                                                                                         Fait à Djimézé Hamra le 06 janvier 2013.

 

 

Pour le Bureau Exécutif du Front pour le Salut de la République(FSR)

 Docteur Ali Gaddaye.