Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

21877794.jpg 

Non content du mariage de sa sœur avec Mahamat Zène, un homme d’affaire tchadien de cette oligarchie clanique au Tchad, un des fils d’Idriss Deby, lui a tendu une embuscade pour le tuer,selon une information diffusée tôt ce jour du mardi dans les médias internationaux.

 Mahamat Zène est l’époux de l’une des filles du dirigeant tchadien,  il a failli, être tué par son beau frère, un des fils d’Idriss Deby qui conteste sa liaison avec sa sœur. Il aurait tiré sur lui,  après l’avoir  tendu un  traquenard lorsque ce dernier roulait dans sa 4X4 à Ndjaména.

L’enquête menée par la police tchadienne, se focalise sur l’un des fils  d’Idriss Deby. Il est arrêté puis mis en garde à vue au commissariat.

Cet acte relance la polémique sur les rivalités claniques, tribales et régionales qui  minent cette synarchie sociale au Tchad.

Dans ces milieux,  les mentalités restent entièrement primitives, une histoire banale peut se transformer en un drame, c’est pour dire que la vie d’un être humain n’a aucune valeur.

Que Dieu protège tous ceux et celles qui vivent dans ce pays insécurisé où tout peut se passer.

La garde à vue du fils d’Idriss Deby, ne convainc toujours pas l’opinion publique tchadienne avertie et habituée de cette mascarade et ce jeu de  fiction.

Pour que le principe universel de «  nul n'est au dessus de la loi », s’applique dans sa plénitude, il faut que la justice tchadienne devienne effectivement indépendante. Or, celle-ci, reste tenue en laisse par cette même aristocratie.

 

Makaila Nguebla