Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



La semaine passée les sites tchadiens ont relayé un accident post-vaccinal au sein de la population de Gouro dans l'Ennedi Ouest. Ce qui a poussé le ministre Nahor Ngaourang et son équipe à d'exporter sur le lieu via Faya. Ils sont en cours d'exploration de cette situation.
Il faut rappeler que 30 enfants ont été évacués sur Faya pour avoir présenté des céphalées, d'insomnies, des convulsions, d'hallucination, de fièvre etc... Après administration de vaccin anti-meningo A contre la meningite due à Neisseria meningitidis serogroupe A.
Ces symptômes sont connus dans la litterature médicale et par expérience de vaccination. Dans une campagne de vaccination contre la meningite rapportée par Oberserver, un journal londonien, en 2000, 13.600 cas de réactions négatives ont été observées chez les vaccinés. Il y a eu meme de méningites provoquées par ces vaccins chez des sujets indemnes de tout contact de cette maladie.
Par ailleurs les superviseurs et vaccinateurs tchadiens ne respectent pas les précautions de la conservation des vaccins ainsi que les interdictions de mélanger les vaccins lors de l'administration, soit en combinant deux vaccins différents dans une meme seringue, soit en administrant deux vaccins dans un meme site.
Le cas de Gouro dans le BET s'expliquerait surement par la reviviscence du germe qui constitue le vaccin ou ses molécules par la rupture de la chaîne de froid. En effet de nombreux superviseurs et vaccinateurs envoyés dans le BET ne se préoccupent jamais de l'etat des vaccins. Ils utilisent les Thermos et les frigos pour leurs fins personnelles en mettant dehors les vaccins. Un superviseur venant de N'Djamena pour une campagne de vaccination à Fada a osé mettre des sucreries dans les Thermos et il a mis les vaccins dans un coffre de la cabine de la voiture où il fait plus de 45 degrés alors les vaccins doivent etre entre 4 et 8•c... Imaginez les conséquences d'une telle bêtise sur les précieux vaccins.
Les responsables du programme de vaccination au Tchad négligent ou fourvoient toutes les campagnes dans les régions reculées comme le Kanem, le BET ou l'Est du Tchad. Soit ils n'atteignent pas les cibles soit ils ne mettent ni les moyens ni la volonté d'aller vacciner convenablement ces populations éloignées. La conscience professionnelle manque.
Dans le Kanem de nombreux vaccinateurs se campent dans la brousse et remplissent les fiches, enterrent les vaccins et regagnent la capiale avec de chiffres inventés de 110% et plus, sans avoir vacciné aucun gosse.
Au BET en general, compte de l'éparpillement des villes et villages, de l'état cahoteux des routes, le temps impartis très court, les superviseurs et vaccinateurs font semblant d'avoir vacciné et se partagent les perdiems et autres émoluments liés à la campagne dans laquelle des milliards sont investis chaque année.
L'incident de Gouro interpelle les autorités du pays pour une prise de conscience et de responsabilité pour assainir la termitière du PEV oû grouillent des mites, des cancrelats et des vautours qui s'enrichissent sur les tombes de nos compatriotes décimés par des maladies évitables par des vaccinations bien et conscieusrment conduites.

Dr M. A.M
Expert en pathologies tropicales
Chercheur en vaccinologie de masse
Tchad- N'Djamena.