Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

KEBZABO.JPG

Le Député tchadien Saleh Kebzabo

Paix et liberté pour le Député Saleh Kebzabo!

Par Abdelaziz RIZIKI MOHAMED
Comorien
Docteur d’État en Science politique
Écrivain et animateur du site www.lemohelien.com
Corbeil-Essonnes, France.



    Simple manifestation d’un poursuivi en Justice pour diffamation à un autre poursuivi en Justice pour diffamation? Non. Sans grandiloquence, je parlerais plutôt d’engagement pour la liberté, la démocratie et l’État de Droit. Je m’engage en faveur du Député Saleh Kebzabo, et dénonce l’acharnement et la campagne politicienne menée contre lui, au prétexte de «diffamation» sur la personne d’un chef de village de la région de Léré (Tchad). Le Député Saleh Kebzabo aurait accusé ce chef de village, aujourd’hui décédé, de participation à des activités d’enlèvement d’enfants, avec demande de rançon.

    Sérieusement, est-ce une raison pour demander la levée de l’immunité parlementaire du Député Saleh Kebzabo, le chef de file de l’opposition tchadienne face à Idriss Deby Itno? Naturellement, non. Juridiquement, non. Mais, dans cette affaire, le régime politique d’Idriss Deby Itno cherchait un prétexte, n’importe lequel pour entraver l’action politique d’un parlementaire qui dérange par ses prises de position, sa popularité au Tchad et en dehors du Tchad, mais dans le respect de la légalité. Car, personne ne pourra dire que le Député Saleh Kebzabo a pris les armes un jour contre le gouvernement de son pays. Personne ne pourra dire que le Député Saleh Kebzabo a choisi la voie de l’illégalité pour agir en politique. Bien que ne se faisant guère d’illusions sur la sincérité des élections dans son pays, le Député Saleh Kebzabo préfère se battre sur le terrain politique, avec des armes politiques, des armes pacifiques. Cela en dit long sur son attachement aux valeurs de la République, à la démocratie (même si on ne la vit pas bien au Tchad) et à l’État de Droit.

    En réalité, j’ai déjà fort à faire avec l’actualité politique aux Comores, que je commente à raison d’un article par semaine. Ce qui me vaut un procès pour «diffamation», un procès intenté par un ancien ministre aux pratiques douteuses, qui s’est fait lui-même la réputation d’avocat corrupteur et corrompu qui, en une année de passage à la tête d’un ministère stratégique aux Comores, a beaucoup volé. Je n’ai fait que dire ce que tout le monde sait, et me voilà devant un juge, pour la première fois de ma vie. Mais, voilà, j’aime le Tchad, et j’ai un faible pour les prises de positions de Saleh Kebzabo. J’aime le Tchad, où j’ai des amis. Sur ce blog de mon frère Makaïla, j’ai déjà eu à signaler que j’étais dans la même classe à l’École nationale d’Administration publique de Rabat au Maroc, de 1986 à 1990, que le Docteur Abakar Tollimi, qui dirige aujourd’hui une coalition de 8 mouvements rebelles au Tchad. Abakar est un frère, et sa transformation en chef rebelle m’a beaucoup surpris, m’inquiète beaucoup, mais chacun suit sa voie selon ses convictions et ses principes. J’aurais aimé qu’il se batte dans l’arène politique, mais sans doute est-il désabusé. Je connais d’autres Tchadiens depuis les années du Maroc, et j’ai modestement contribué à la formation d’un jeune Tchadien (ami de mon neveu) au Maroc. J’aime le Tchad.

    Cela étant, et sans avoir à m’immiscer dans les affaires nationales de ce pays, je m’arroge tout de même le droit moral de dire que le Tchad ne doit pas pousser jusqu’à la levée de l’immunité parlementaire du Député Saleh Kebzabo, car une telle mesure est liberticide et ne sert pas les intérêts de ce pays. Le Tchad a mieux à faire que poursuivre l’un des politiciens les plus brillants et les plus éloquents de sa classe politique. Si le Député Saleh Kebzabo était poursuivi pour assassinat, viol ou vol, je ne me serais pas donné la peine de faire un plaidoyer en sa faveur. Mais, là, manifestement, il y a manipulation et acharnement. De voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour dire que la veuve du chef du village est manipulée par le pouvoir politique en place car, d’ailleurs, cette gente dame n’a jamais entendu parler de «levée d’immunité parlementaire», ne sait pas ce que c’est, et on ne voit pas très bien comment elle peut en demander la levée. Soyons sérieux et gardons notre calme.

    Il y a de bons et de mauvais persécutés. Si le Député Saleh Kebzabo était Ukrainien ou Belarusse, il est certain qu’aujourd’hui, il serait soutenu par la «communauté internationale», dont le silence dans cette douloureuse affaire est assourdissant. Que pouvons-nous faire pour le Député Saleh Kebzabo? Une pétition internationale, sans doute. Car, le Député Saleh Kebzabo ne mérite pas d’être harcelé par une Justice qui a mieux à faire ailleurs. Espérons que les autorités du Tchad entendront raison et laisseront ce parlementaire admirable et brillant accomplir sa tâche de législateur en paix et dans la sérénité. Il y va de l’image du Tchad et de la démocratie dans ce pays. Le Tchad, étant capable du meilleur, j’espère qu’il saura prouver sa grandeur et son acheminement vers l’État de Droit et vers une démocratie tant attendue par ceux qui aiment ce beau pays et dont j’ai l’honneur de faire partie.

 

 

Visitez le site de l'auteur:  www.lemohelien.com