Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Josephe Kony du LRA.

KHARTOUM (AFP) - L'Armée de résistance du seigneur (LRA) au Darfour, "c'est comme le monstre du Loch Ness, tout le monde en parle mais personne ne l'a vu", résume un responsable onusien à l'heure où s'intensifient les rumeurs d'une migration de la rébellion ougandaise vers l'ouest soudanais.

La LRA, l'une des guérillas les plus brutales au monde, dont le chef Joseph Kony est sous mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), a étendu depuis quelques années ses attaques à la République démocratique du Congo (RDC), à la Centrafrique et au Sud-Soudan.

Au Sud-Soudan, des hommes de la LRA ont attaqué cette année des points de distribution d'aide alimentaire, tué des centaines de civils, kidnappé des enfants et forcé le déplacement de milliers de personnes dans la région d'Equateur-Occidental.

Or deux incidents impliquant possiblement des hommes de Joseph Kony ont été recensés au cours des dernières semaines dans la région sudiste voisine du Bahr al-Ghazal Occidental, qui jouxte la Centrafrique et le Darfour, ce qui a alimenté les spéculations sur une migration de la LRA vers le Darfour. L'armée du Sud-Soudan a attribué à la LRA la mort de deux de ses hommes, puis une attaque la semaine dernière à l'origine de cinq morts contre un camp de déplacés du Darfour dans le Bahr al-Ghazal Occidental.

"Il s'agit de la LRA (...). Ils ont capturé 21 personnes. Les soldats ont été en mesure de libérer les personnes enlevées", dit à l'AFP le gouverneur du Bahr al-Ghazal Occidental, Mark Nyipoch, affirmant avoir reconnu le mode opératoire de la LRA, connue pour kidnapper des jeunes et des femmes lors de ses attaques.

"Des éléments de la LRA ont été vus dans le Bahr al-Ghazal Occidental. Je ne serais pas surpris qu'ils aient poursuivi leur route jusque dans le sud du Darfour", souligne le ministre de l'Information du Sud-Soudan, Paul Mayom, précisant que les rebelles ougandais traqués pourraient y trouver un sanctuaire.

Les hommes de Joseph Kony sont actuellement recherchés en Centrafrique et en RDC. La LRA est donc "montée un peu dans le Bahr al-Ghazal Occidental" mais aucune information ne confirme qu'elle soit au Darfour, souligne un diplomate occidental.

"Nous ne disposons d'aucune information selon laquelle la LRA est au Darfour-Sud", assure à l'AFP Fateh Rahman, chef de la police de cette région.

La LRA au Darfour? "C'est comme le monstre du Loch Ness, tout le monde en parle mais personne ne l'a vu", souligne un responsable de la mission de paix ONU-Union africaine au Darfour (Minuad). La Minuad compte plusieurs bases au Darfour, mais sa présence demeure limitée dans la pointe du Sud-Darfour qui s'enfonce dans le Bahr al-Ghazal Occidental et touche à la Centrafrique.

"Je ne dis pas que la LRA n'est pas au Darfour, mais seulement que nous n'avons aucune preuve qu'elle y soit", nuance le responsable de la mission de paix.

"La LRA maintenant, c'est +Tueurs sans frontières+, mais il faut encore que ces gars fonctionnent dans quelque chose qu'ils reconnaissent. Sur le plan de la géographie, comment vont-ils opérer au Darfour?", s'interroge le spécialiste du Soudan Gérard Prunier.

"Il faut qu'ils soient un peu à l'aise dans leur environnement. Quand ils sont en République centrafricaine ou au Congo (dans la forêt et la brousse) ça va, cela fait partie de ce qu'ils connaissent. Mais le Darfour (plus désertique) c'est comme sur la Lune. Moi, je n'y crois pas", dit-il à l'AFP.

L'armée du Sud-Soudan --dont les relations sont tendues avec le gouvernement central de Khartoum-- a accusé Khartoum d'appuyer la LRA pour l'installer au Darfour, des accusations balayées du revers de la main par les autorités soudanaises.