Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

joseph_kony_200.jpgOuganda: le chef rebelle Kony au Darfour, selon le président Museveni

 

Ouganda: le chef rebelle Kony au Darfour, selon le président Museveni

Le chef de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), Joseph Kony, se trouve actuellement au Darfour, région en guerre civile dans l'ouest du Soudan, a affirmé vendredi le président ougandais Yoweri Museveni.

"Il y a un mois, Kony a disparu", a déclaré à la presse le président Museveni, expliquant que les forces spéciales de l'armée ougandaise ont traqué le chef de la LRA jusque dans l'extrême nord-est de la Centrafrique.

"Nos militaires nous disent que le petit groupe qui accompagnait Kony a disparu au Darfour, c'est ce qu'ont me dit", a-t-il affirmé.

"Donc si des ONGs estiment que la LRA est près du Darfour, c'est assez proche de notre compréhension de la situation", a ajouté le chef de l'Etat ougandais, faisant allusion à de récentes affirmations de l'ONG américaine Enough Project.

Selon cette organisation, basée à Washington et très impliquée dans la mobilisation contre Khartoum dans la guerre civile au Darfour, un contingent de la LRA aurait trouvé refuge au sud-Darfour, "dans une zone sous contrôle du gouvernement", faisant craindre la "possibilité d'une réactivation de la collaboration" entre Kony et président Omar al-Bashir.

Toujours selon Enough Project, qui ne cite aucune de ses sources, une équipe de reconnaissance de la LRA aurait cherché à prendre contact avec des militaires soudanais à leur base de Kafia Kingi, au Sud-Darfour, près de la frontière avec la Centrafrique.

De telles rumeurs sur la possible présence de la LRA au sud-Darfour, déjà relayées ces derniers mois, n'ont pas été confirmées de source indépendante à ce jour.

"Si les Soudanais veulent accueillir Kony au Darfour, cela ne fait pas de différence pour nous (. . . )", a simplement commenté à ce propos le président Museveni.