Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


gadaye2-1-.jpg

Dr Ali Gadaye Gadaye,

ancien ministre tchadien.

Il fait partie des principaux animateurs

de l'opposition tchadienne en exil.

 

 

La réussite incontestée de Deby pendant ses vingt (20) ans de règne sans partage est le nombre pléthorique des fusibles jusque là utilisés.

En effet, durant ces vingt ans, le Tchad a dénombré pas moins de treize (13) Premier Ministres.

Pour rafraîchir la mémoire des uns et des autres, nous nous permettrons d’énumérer nos chers Premier Ministres qui se sont succédés durant les deux décades de règne de Deby :

 

1.     M. Jean Allingué Bawoyé financier trésorier de son Etat sous feu Tombalbaye ;

2.     Feu Joseph Yodoyman, administrateur attiré de son Etat ;

3.     Dr. Fidel Moungar désigné par la Conférence Nationale souveraine (CNS) ;

4.     M. Delwa Kassiré Coumakoye docteur en droit choisi par la majorité mécanique créée par Deby au sein du conseil supérieur de transition (CST) parlement provisoire ;

5.     Feu Gimasta Koïbla, administrateur attitré de son Etat ;

6.     M. Nasour Nguelindougsia Ouaido ingénieur statisticien ;

7.     M. Nagom Yamassoum docteur en droit;

8.     Feu Pascal Yaodimadji, juriste ;

9.     M. Haroun Kabadi, docteur en économie ;

10.   M. Moussa Mahamad Faki, juriste ;

11.   M. Delwa Kassiré Koumakoye deuxième passage ;

12.   M. Youssouf Saleh Abbas, docteur en droit ;

13.  M. Emmanuel Nadingar, inspecteur de santé.

 

Comme vous devriez l’imaginer en dehors du docteur Moungar et de M. Kassiré lors de son premier passage qui ont été respectivement désignés par la CNS et le ST, les autres Premier Ministres ont été tous nommés par décret conformément au pourvoir discrétionnaire du chef de l’Etat.

La durée moyenne de passage de chaque premier ministre est de l’ordre de : 1 ans, 5 mois et 12 jours. Pourquoi cet engouement au remplacement rapide des chefs de gouvernement ? Seraient ils en déça de la hauteur de la tâche qui leur est confiée ? Une telle hypothèse n’est pas défendable. En effet, tous les Premier Ministres qui se sont succédés, sont des hauts cadres et chacun jouit d’une expérience requise pour l’exercice de la fonction.

En conséquence, la cause est à chercher ailleurs.

Rappelons tout simplement que tout dictateur supporte mal la présence à ses cotés d’un collaborateur qui réussi à accomplir convenablement sa mission et qui risque de faire de l’ombre à son chef. Cette vision est celle de Deby. Un premier ministre doit se contenter ni plus ni moins, sinon moins d’un rôle de fusible qui consiste à protéger le chef de l’Etat de tout acte nuisible à son image. Il est appelé à jouer le rôle de paratonnerre du chef vis-à-vis du parlement et vis-à-vis également de l’opinion publique. Toutefois ce rôle pour Deby est limité dans le temps. En effet, dès qu’il soupçonne que son paratonnerre arrive à s’adapter à la situation et ajuste avec succès ses réactions face à l’opinion publique et au parlement, bref dès qu’il affiche une habilitée appréciée, qui risque à terme de se transformer en popularité, il est si tôt remercié. Car, l’occasion ne lui sera jamais donnée afin qu’il puisse nourrir des ambitions.

Voilà la vraie réussite de Deby en vingt ans de règne.

Le reste c’est de l’amateurisme et de l’improvisation qui sont tous deux facteurs de tourner en rond.

 

Fait le 20/10/2010

 

Dr. Ali Gaddaye