Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

C’est avec un pincement au cœur que j'ai lu le témoignage de Milamem sur la pratique de l'excision dans la Région du Mandoul oriental il ya de cela à peine un mois que j'ai effectué un voyage dans le cadre familiale dans cette Région du pays mais la mobilisation pour cette pratique me laisse perplexe surtout que même les responsables politiques qui prétendent lutter contre cette pratique, envoient leurs progénitures pour se faire exciser. Car pour eux c'est une manière de se rattacher a leur village. Ainsi ont-ils besoin de sacrifier leurs enfants pour des intérêts politiques? L’Etat doit s'impliquer de toute son énergie dans cette lutte.

Le Tchad a l'instar de certains pays ouest africains qui se sont  impliques dans cette lutte pour faire face a cette pratique odieuse doit éviter de faire la politique de l'Autriche car c'est une question de santé publique est a noter que 130 millions des femmes ont été excisé dans le monde dont 70 millions en Afrique. Chaque année 2 millions des filles sont excisées au nom des cultures.

Le sage Hampaté Ba disait"meme si nos ancêtres reviennent a la vie ,ils jugeront certaines coutumes archaïques et banales".Au Tchad cette pratique touche presque toutes les régions, ce qui nous donne un pourcentage de 45% des femmes excisées.Les hommes sont d'une part responsable de la pérennisation de cette pratique car la plupartrd des hommes dans les villages préfèrent épouser des excisées et les femmes non excisées sont traitées de tout les mots dans leur couple surtout venant de leurs coépouses. pour ne pas être marginalisées ses par les sociétés, ces femmes sont obligées de se prêter a cette pratique.

 

En Aout 2009 j'avais effectué une enquête sur le thème "l'impact de l'excision sur la santé de reproduction féminine" cas de la Région de Mandoul, lors de cette enquête, j'avais eu le témoignage d'un grand chef traditionnel qui me disait:"mon fils, vous vous fatiguez pour rien. cette pratique ne va pas disparaitre car c'est les hommes qui entretiennent et encourage cette pratique.car si l'excision n'existe plus,l'initiation des hommes aussi disparaitra.car pour préparer l'initiation des hommes, on a besoin des femmes(repas, l'eau....)et ces travaux, les femmes non excisées n'ont pas le droit d'exécuter.

Pour les filles, l'excision est un privilège qui en plus de bien gérer leur foyer, les permet aussi de participer aux travaux et aux cérémonies quand leurs frères  iront a l'initiation..."Ce raisonnement m'a poussé a mon retour a créer un groupe dénommé "non a l'excision», qui se veut un espace de partage et de lutte contre ce fléau. ce groupe est actif sur la page facebook de non a l'excision.


                  TOGOUMBAYE MONGLENGAR