Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

debychangement.JPG

 

Nous avons  suivi   toute l’actualité de la semaine entourant la rencontre UFR-Gouvernement Deby  mené par Monsieur Abderrahmane Moussa, médiateur  national. Nous étions surpris  de l’attitude de  la délégation  gouvernementale et du président  lui-même  suivant sa déclaration en France qui ne manifestait  aucun souci de la paix au Tchad.

 

Nous avons vu depuis la débandade de la de la rébellion lors du dernier farouche combat, un Deby très  orgueilleux  et qui croit qu’il a tout remporté sur la rébellion. Deby en connait beaucoup sur cette rébellion  qui est divisée, qui n’a rien à proposer  même après la chute de son pouvoir et il est prêt à jouer toutes les cartes du risque. C’est ce qui se fait chaque jour  et le temps est en sa faveur tandis que qu’une rébellion qui attend, fatiguée, rongée par des problèmes internes ,tels que le tribalisme, la gestion des hommes, le détournement des biens, la trahison des chefs  qui  se manifeste  par la soif du pouvoir…..Tout ceci donne lieu à la déception ,au découragement à la lutte armée et détériore  l’ordre moral  social ,économique ,politique de la notion de la lutte salvatrice.

 

Les liens qui  unissent les membres se détériorent chaque jour   à cette trahison  qui pervertit les solidarités. Certes, nous avons assisté à plusieurs ralliements des rebelles qui ne sont autres que l’œuvre de ces chefs rebelles. On n’accuse personne  mais on tire à nouveau la ficelle  même  s’il  n’y aura jamais de consensus sur la question de la lutte armée.

 

Connaissant toute ces realités, Deby en tant que maitre de la fourberie, de l’hypocrisie, du mensonge ne ferait que renforcer son pouvoir acquis illégitimement par tous les moyens. Des moyens colossaux que le Tchad en dispose et n’a jamais disposé pour détruire davantage  tous ceux qui veulent le combattre même pacifiquement.

Suite à sa visite en France, Deby a ridiculisé la rébellion et ce qui est une évidence « ni de poste, ni d’argent  à donner ».Le temps lui a donné raison et l’exemple à  été déjà vu  sur d’anciens rebelles, aujourd’hui  qui combattent becs et ongles leurs camarades d’hier……que nous considérons un non événement.

 

Nous avons entendu aussi  le fameux médiateur national  qui  n’avait rien à proposer  aux rebelles mais qui semble disposer à les entendre et lui cracher le morceau : on veut des postes  ministeriels, la defense, les finances, les affaires étrangères, l’intérieur………et sans oublier beaucoup d’argent.

 

Dieu merci, au moins Mahamat  Nourri a été très courageux de le dénoncer haut et fort  même si c’est prématuré de le dire. Quant au chef de l’UFR, il brille par son silence notoire, d’ailleurs même Deby s’exprime en Français mieux que lui  malgré les imperfections ou des lacunes récurrentes  et flagrantes de notre cher président de la république du Tchad, Idriss Deby Itno, Air amdjerass, monsieur qui vit et respire pétrole.

 

Le ridicule ne tue pas au Tchad, comme me disait un des amis, notre président bien content de son rôle se ridiculise et nous ridiculise (le peuple) et même  sa rébellion.

 

Deby  connait meme qu’on chante pour lui sur youtube, dans « Khanni Wa Shakiri » d’où  un farfelu artiste soudanis  fait des éloges en lui disant que même les hommes ne peuvent l’abattre (Deby)  quand il s’agit de la mort.

 

Lien :http://www.youtube.com/watch?v=pOUJ_gUItGo&feature=related

 

On se rappelle encore du 2 février, notre Deby demandait  le secours  de l’ONU pour barrer la route  aux combattants de la liberté en son temps. Aujourd’hui, il a même signifié haut et fort qu’il n’a plus besoin de la MINURCAT sur le sol tchadien. Ah! Deby, tantôt l’enfant  qui pleure et qui demande du secours tantôt l’homme de la situation. Cet homme  peut s’adapter à tous les rôles  d’ailleurs on a entendu même il lui arrive de pleurer devant ses officiers dans le besoin et une fois les avoir utilisé, Deby n’a plus envie de les voir et ainsi de suite à la recherche d’autres nouveautés. C’est pour dire que notre président porte en lui beaucoup de vices  qu’on n’a pas besoin de les étaler.

 

Deby se voit  et se croit invincible face à une rébellion qu’il pense qu’il  a déjà acquis. Une question se pose, la rébellion a-t-elle encore les possibilités de lui prouver le contraire?

 

Z. Mahamat