Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La mort, après plusieurs décennies de carrière musicale :

LE CHARI JAZZ LE PERD SON CHEF. HISSEIN NDOMBÉ

Le chef d'orchestre et président de l'orchestre Chari Jazz ainsi que membre de l'Orchestre national, M. Hissein Tandedjim DOUNKODJI, dit Hissein Ndombé, a rendu l'âme, à l'âge de 58 ans, dans la soirée du lundi 11 février 2013, à l’hôpital de la Liberté, de suite de maladie. Dès le lendemain, la nouvelle parcourt la capitale, N'Djaména, plongeant les amis, parents et fans du chef d'orchestre du mythique Chari Jazz dans la consternation et la désolation. « Hissein Ndombé est parti le jour où le cinquième album du groupe dénommé «Dounia Ngangaî» arrive á N'Djaména. Nous n'avons même pas eu le temps de l’écouter ensemble », informe le conseiller du groupe, M. Baloua Scouba Bayonne.

Pour immortaliser l'œuvre de cet arrangeur, compositeur, et interprète, les artistes organiseront, dans les prochains jours, un concert en plein air, à son honneur, à N'Djaména. Avec la disparition de Hissein Ndombé, les connaisseurs de la musique tchadienne prédisent une descente aux enfers pour le vieil orchestre de la capitale. « Il ne reste, aujourd’hui, de la bande de l’artiste que quelque peu. Si les autres ne se mettent pas sérieusement au travail, l’orchestre Chari Jazz disparaîtra››, s'inquiète l’artiste Nouba, actuel directeur de l'0rchestre national. Ce conseiller de l'orchestre Chari Jazz appelle les autres membres à se souder pour relever les défis laissés par le défunt musicien Hissein Ndombé. « Il aime son travail. J'étais épaté à l'Expo de 1977, á Kleppmat, par le talent et le timbre de voix d'Hissein Ndombé. Il est unique dans le groupe», souligne-t-il. «À l'0rchestre national, nous sommes un peu nombreux, contrairement à Chari Jazz, dont la rupture d'un maillon de la chaine se répercutera sur tout le mécanisme››, relève-t-il.

Le grand Nouba se souvient avoir rencontré Hissein Ndombé, membre de l'orchestre King Succès, en mai 1975, dans une boite de nuit dénommée Boule Rouge, située sur l'actuel avenue Canal Saint-Martin, proche du siège de l’ADC. « Depuis, Hissein a intégré Chari Jazz avec Sony, le soliste, Ngaro et les anciens musiciens et sous la direction de feu Guama-Gourn Alias. Avec le déclenchement de la guerre civile de 1979, l'orchestre, au grand complet, s’est replié à Moundou. Hissein Ndombé était très attentif et aimait son travail. Dès qu’il finissait une composition, je l’arrange toujours. C'est ainsi jusqu’à nos jours », confie Nouba. Le conseiller de Chari Jazz révèle que, le défunt a commencé la musique en 1968, avec le groupe Verna Succès, dirigé par Good Nestor et Bakidja Bani Bolo. Après avoir flirté avec le groupe «Les Maquisards», Hissein Ndombé a rejoint Blacks Stars, en 1970, devenue, la même année, King Succès, coaché par Haoua Ngaba. «Sarah Doumbé fait appel à l'artiste avec le Festival Palace. Hissein Ndombé fait ses débuts, le 27 novembre 1974, au sein de Chari-Jazz, après le départ de plusieurs ténors, pour l’initiation. Depuis ce jour, le chef d'orchestre fait corps avec son groupe», souligne le conseiller du groupe », M. Baloua Scouba Bayonne.

 L'autre cadet du défunt à l'0rchestre national, Nouba Millet, confie que, Hissein Ndombé, trop discret, est parti avec ses secrets. «II est parti sans nous laisser ses secrets. D'ailleurs, il me conseille, toujours, au travail bien fait››. Laissant deux orphelins, le musicien Hissein Ndombé, plusieurs fois distingué par la République, meurt en fonctionnaire au ministère de l'Agriculture.

 

S.M.A. du Journal LE PROGRÈS