Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La curiosité m'a poussé à parcourir le texte intitulé "La partition du Sud-Tchad n'est qu'une question de temps, juste une question de temps". Une remarque s'impose avant tout concernant le titre-même de l'article. Les auteurs veulent-ils parler de la partition du Tchad ou de la partition du sud du Tchad ? La nuance est énorme. Veulent-ils fragmenter le sud du Tchad en pluseurs Etats indépendants ? A parcourir le texte, on devine qu'il s'agit de la partition du Tchad. Alors, il faut rectifier le titre.  Je n'ai pas lu le texte jusqu'au bout, car, il est long et fastidieux à lire. Il n'y a rien de clair. C'est une liste de plaintes multiples sans cohérence, les mêmes plaintes revenant sans cesse. Une chose est sûre : en tant que sudiste, je ne souhaite pas partager le même pays "Sud" avec les auteurs de cet article, si jamais leur rêve se réalise par miracle. Dans la tête de ceux qui ont diffusé ce tract sur le net, il existe déjà deux Tchad : le Tchad du nord et le Tchad du sud avec une frontière non encore tracée. En effet, les nordistes sont considérés comme des étrangers au sud. Ces mêmes gens diront demain, dans un sud indépendant, à un ressortissant de Sarh qu'il n'est pas chez lui à Moundou. Non, sincèrement, je mènerai une lutte farouche, dans la mesure de mes possibilités, pour qu'une telle République du Sud du Tchad ne voit point le jour.
 
Voici quelques énormités que j'ai pu relever dans le texte qui a été pondu, certainement sous l'impulsion de substances euphorisantes ou hallucinogènes. On nous dit que "les exploitations sont exclusivement réalisées dans le sud, dans le but unique et ultime de piller au maximum les richesses du sud, afin que dans les années futures, une fois pillés et démunis de toutes nos richesses, nous ne serons que plus dociles et malléables à merci". On peut dire sans risque de se tromper que ces propos ont été écrits après avoir ingurgité une bonne dose de whisky. En effet, je me demande comment un Tchadien qui connaît l'histoire de son pays peut tenir des propos pareils ? Quelles sont richesses du sud qui ont été exploitées dans le but d'appauvrir les sudistes ? Prenons seulement l'exemple du pétrole. L'histoire de l'exploitation du pétrole du bassin de Doba a bien commencé avec Ngarta Tombalbaye. Tout était fin prêt pour que ce pétrole coule dès les années 70. On dit même que l'exploitation de ce pétrole a été l'une des raisons pour lesquelles, la France a approuvé le renversement de Tombalbaye en 1975, la France du général De Gaule avait toujours nié l'existence de pétrole dans le sous-sol tchadien. Les choses ont été retardées avec le coup d'Etat contre Tombalbaye, et la succession des événements politique troubles dans le pays à partir de 1979. Successivement, Hissein Habré, puis Idriss Déby n'ont fait que relancer le dossier pétrole au sud du Tchad, conçu par Tombalbaye, pour arriver aujourd'hui à sa phase terminale. Comment peut-on nous dire aujourd'hui, que le pétrole est exploité par les nordistes dans le but d'appauvrir les sudistes et des les rendre malléable à merci ? Incompréhensible ! C'est comme si on nous dit que le mil est cultivé dans le sud du Tchad pour appauvrir les sudistes.
 
Parlons de la CotonTchad. On nous dit que les nordistes ont mis à sac, sciemment, la CotonTchad, dans le but d'appauvrir nos populations. Hé ! Ouvrons les yeux. Qui a commencé à piller la CotonTchad ? Ce sont les sudistes eux-mêmes d'abord. Un tout petit exemple permet de se faire une idée : la situation des agents-achèteurs. Ces gens ont été recrutés au niveau BEPC. Mais ils menaient une vie de Pacha. Ils possédaient plusieurs villas cossues, détenaient plusieurs bars. Ils avaient de belles voitures, de belles motos... a l'époque, tout le monde pensait que c'était tout à fait normal qu'ils soient autant riches puisqu'ils étaient quand même... agents-achèteurs. Quel était leur salaire ? Certainement très maigre. Mais les agents-achèteurs s'enrichissaient sur le dos des pauvres paysans du sud, producteurs de coton. Rappelons que les agents-achèteurs étaient tous sudistes. Il n'y avait pas un seul nordiste dans cette catégorie d'employés de la CotonTchad. L'enrichissement illicite de ces agents est la partie visible de l'iceberg. Tous les employés de la CotonTchad, du planton au DG, s'enrichissaient de manière illicite et ostensible. Soyons honnêtes : ce sont les sudistes qui ont pillé à mort la Société qu'on appelle CotonTchad, et les pouvoirs de Habré puis Déby sont simplement venus donner le coup de grâce.
 
La description du nordiste dans le texte est simplement caricaturale. Le nordiste est décrit comme un parvenu, ignorant, idiot,  n'ayant aucun mérite, vivant sur le dos et au détriment du sudiste. Parce qu'il est au pouvoir, il roule dans de belles voiture dernier modèle alors le sudiste mord la poussière. J'ai toujours défendu l'avis contraire dans mes écrits. Si certains ressortissants du nord roulent sur de l'or, il y a également beaucoup, c'est même l'immense majorité, qui tire le diable par la queue comme 90% des Tchadiens. s'il suffisait seulement d'être nordiste pour être bien au Tchad, on ne verrait plus de vendeurs ambulants nordistes. Ces gens, presque tous nordiste, se donnent de la peine tous les jours pour nourrir leur famille. Ils sont chargés de marchandises de tous genres, parcourent à pied plusieurs kilomètres dans nos villes sous un soleil brûlants, pour vendre leur marchandises. Et que dire de ces jeunes nordistes qui s'exposent au soleil, à longueur de journée, devant leurs services de ventes de montre ou de téléphones mobiles ? Font-ils seulement semblant alors qu'ils ont de l'or et du diamant chez eux ? Ce serait alors absurde. Et ces nordistes qui passent des journées entières au volant de leur vieux taxi ? Ne sont-ils pas respectables, simplement parce qu'ils cherchent à gagner honnêtement leur vie ? Il faut absolument que certains sudistes se défassent de l'idée caricaturale qu'ils ont de l'homme nordiste. Il exsite des nordistes honnêtes. Rappelons que nordiste comme sudiste, ont chacun sa vocation. Beaucoup de nordistes sont des hommes d'affaires. Rien n'empêche les sudistes de se lancer dans les affaires. Les belles voitures des nordistes ne sont pas toujours des voitures mal acquises. par ailleurs, si l'homme nordiste s'intègre par exemple à Moundou et parle le ngambaye, s'il considère que la terre de Moundou est la sienne, parce qu'il y est né et y a grandi, s'il veut y être enterré, c'est un comportement hautement louable. C'est même la base de la tolérance. Cette année, deux Françaises, Noires, d'origine Tchadiennes ont perdu la vie pendant leurs vacances au Tchad. Leurs corps ont été rappatriés en France pour l'inhumation en terre française. C'est tout à fait normal. La terre de quelqu'un, c'est l'endroit qu'il connaît le mieux. Un Marseillais d'origine, s'il est né à Paris et y a grandi entièrement, se dit à coup sûr Parisien. Il parle le français avec un accent parisien. De mêmes, les sudistes qui habitent N'djaména depuis des générations sont des NDjaménois. N'Djaména est habité par les ressortissants de toutes les régions du Tchad. Les N'Djaménois "de souche" ne représentent peut-être pas 5% de la population de cette ville.  Je trouve ici l'occasion de reposer la question que j'ai déjà posée, et qui a provoquée la furie de certains : le nordiste n'est-il pas plus tolérant que le sudiste ?
 
Une chose est certaine, je l'ai toujours dit : le Tchad n'avance pas. C'est un constat amer. Mais attribuer l'entière responsabilité de la situation aux nordistes relève d'une cécité intellectuelle. Le pays est pillé par les tenants du pouvoir. Ceci n'est pas nouveau sous le ciel tchadien. Mais qui nous dit que demain sera forcément meilleure si un sudiste est au pouvoir, surtout que les sudistes ont déjà fait leur preuve au pouvoir. Le népotisme était la chose la mieux partagée sous Tombalbye et sous le CSM. Le véritable problème se situe au niveau du rétablissement d'un véritable Etat de droit pour remplacer cet Etat de non-droit mis en place par tous les différents régimes qui se sont succédés depuis l'indépendance. Le CSM, le CCFAN, le MPS, tous ces régimes pourris que le Tchad a connus, ont accédé au pouvoir par la force des armes, et donc n'ont aucun compte à rendre au peuple tchadien. Actuellement tout est verrouillé, Déby est président à vie avec la bénéfiction de la nébuleuse "Communauté internationale". Ce n'est pas la faute des nordistes si rien ne change au Tchad. Les nordistes aussi veulent le changement au Tchad. Si rien n'avance, il faut plutôt regarder du côté de la "Communauté internationale" qui nous impose ou chasse nos dirigeants par la force des armes.
 
Je reste persuadé que le pays avancera, seulement si la "communauté internationale offre  la possibilité aux Tchadiens de choisir leurs dirigeants. C'est à mon sens, une étape incontournable avant la solution du pis-aller : la partition du pays. L'autre voie pour renverser Déby, c'est de descendre dans la rue, comme en Tunisie et en Egypte. Mais sommes nous prêts ? En attendant, soyons réalistes. La partition du Tchad n'est pas une solution, les raisons énumérées  pour appuyer l'idée sont loin d'être convaincantes.
 
BELEMBOTO Macaoura.